Retrouvaille de Goma : «Kabila» - Tshisekedi, un accord tacite

Publié le par jpkasusula

Font size: Decrease font Enlarge font
image Joseph KABILA et Etienne TSHISEKEDI

 

« Il ne serait donc pas exclu que Tshisekedi, qui passait la nuit à l’Hôtel Plaza de Goma, ait des entretiens avec Joseph Kabila, dans l’intérêt supérieur de la Nation, avant de reprendre son avion aujourd’hui à destination de Bukavu ». Affirmation fondée sur le fait qu’en politique, les faits du hasard sont rares.

Les retrouvailles entre les candidats engagés dans la bataille électorale pour la présidentielle du 28 novembre prochain tend à devenir une culture en République Démocratique du Congo. Joseph Kabila Kabange et Etienne Tshisekedi wa Mulumba se sont retrouvés hier lundi 14 novembre à Goma où le peuple a permis à chacun d’entre eux de se faire l’idée de ce que sera le résultat final au 6 décembre 2011. Ici, la balance a pratiquement penché du coté du candidat N° 03, à en croire plusieurs observateurs, quand bien même c’est la démocratie qui en est sortie grandie du fait de la tolérance politique dont ont fait montre les partisans des deux challengers. Alors que les congolais n’ont pas encore fini de parler du spectacle de la ville montagneuse du Grand Kivu, une sorte de remix du spectacle est annoncé à l’Equateur.

Léon Kengo wa Dondo et Vital Kamerhe Lwa-Kanyinginyi sont attendus tous les deux et le même jour à Mbandaka. Si hier le fait avait tout l’air d’une « finale » avant la lettre, donnant ainsi effet d’une surprise, la chose risque d’être sans beaucoup d’impact à l’Equateur au vue de l’opinion politique nationale. Pour cause, tout le monde le sait : ces deux hommes politiques sont ensemble dans les faits même si seules les ambitions les divisaient encore jusque là. Et le fait qu’ils se retrouvent tous les deux à Mbandaka, dans le cadre de la campagne électorale, serait une occasion pour eux de prouver à la face du monde leur rapprochement politique. Une certaine opinion laisse entendre que les deux hommes trouveront le temps de conclure un accord allant dans le sens du désistement de l’un en faveur de l’autre.

Cap sur l’horizon 2016

Vu sa forte capacité à comprendre le cours des événements politique en RDC, l’homme de la troisième voie aurait proposé à Vital Kamerhe de prendre le devant à sa place. Des sources dignes de foi soulignent que Kengo aurait réussi à inscrire VK dans son schéma. Le premier devra s’occuper de préparé le terrain international et trouver le supplément des moyens nécessaires pour soutenir l’action de Kamerhe en tant que candidat présidentiable. Question de s’appuyer sur la forte intégration du Mister Lobitch dans les milieux des lobbys internationaux pour préparer le remplacement de Joseph Kabila à la fin de son second manda à l’horizon 2016. Parce que selon, le parfum qui sort des arcanes de cettre opposition, Kabila serait déjà allé trop loin au point n’y a pratiquement plus moyen de le rattraper.

L’enfant terrible du Sud-Kivu quant à lui aura pour obligation, selon les mêmes sources, de travailler pour se confirmer sur le terrain politique national. Vu sa capacité mobilisatrice jugée appréciable par rapport à son entrée récente sur la scène en tant qu’opposant, Vital sera obligé de confirmer son assise politique sur le plan national. Objectif : être incontournable actuellement par rapport à tous les candidats de l’opposition et assurer la plus grande popularité par rapport à tous les candidats potentiels à la fin du prochain mandat de Joseph Kabila que tous les scénarios et sondage donnent gagnant au processus en cours.

Ce qui fait dire que l’opposition congolaise donne l’impression de vouloir une chose et son contraire à la fois. Mais le « groupe de Sultani » semble assez lucide pour être capable de mesurer les enjeux et comprendre que ce tour ne sera pas facilement à la portée de ses candidats. Une des raisons majeures pour lesquelles cette frange de l’opposition congolaise aurait refusé catégoriquement de se mettre ensemble avec l’aile « Fatima », composée essentiellement des rêveurs. Les un refusent de rester distraits et se préparent pour les échéances lointaines alors que les autres sont entrain d’attendre un miracle alors qu’ils pourraient augmenter leurs chances de prendre le dessus sur leur adversaire commun en se mettant ensemble. Ainsi, les surprises de dernière minute tant annoncées dans certains milieux par rapport à l’alliance de toute l’opposition congolaise deviennent pratiquement hypothétiques.

Accord tacite

A Goma par contre, cette première qui serait donnée pour une simple coïncidence à défaut d’un hasard de calendrier, est devenue une occasion révélatrice de la grandeur d’âme des congolais. A en croire nos confrères du journal Le Potentiel, « Il ne serait donc pas exclu que Tshisekedi, qui passait la nuit à l’Hôtel Plaza de Goma, ait des entretiens avec Joseph Kabila, dans l’intérêt supérieur de la Nation, avant de reprendre son avion aujourd’hui à destination de Bukavu ». Affirmation fondée sur le fait qu’en politique, les faits du hasard sont rares. Ce, au regard du fait que juste après le passage du Sphinx de Limete en Afrique du Sud, le président Jacob Zuma est venu signer un contrat important en matière hydroélectrique entre avec homologue de la RDC.

Ceux qui partagent la phrase selon laquelle « Goma a la baraka », n’ont pas du tout tort. Etant la première à accueillir en une seule journée, deux candidats non pas des moindres à la course présidentielle, cette ville aurait eu la chance de prêter le flanc à un accord tacite pour un processus électoral apaisé en RDC. A moins que les leçons données par la population kivutienne en particulier et par tout le peuple congolais en général aux politiques soient tombées dans les oriels des sourds. « Wait and see »…

Jean-Luc MUSHI-MPAKU

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article