Mwanda N'semi chez Kamerhe

Publié le par jpkasusula

Devant son hôte, le député national Ne Mwanda N'semi, le président national de l'Union pour la nation congolaise, UNC, n'avait qu'un seul mot: «A mon frère Mwanda N'semi, votre combat est le mien». C'est en ce terme que Vital Kamerhe a remercié le leader de «Bundu Dia Mayala», à l'issue d'une visite qu'il lui a accordée dans l'après midi du samedi 18 juin, à Mweneditu, dans la commune de la Gombe.

L'élu national de Luozi, dans la province du Bas-Congo, qui rend difficilement visite à la crème politique r-dcongolaise, a déclaré devant les caméras que son déplacement du week-end dernier, vers l'ex président de l'Assemblée nationale montre à suffisance qu'il porte le combat de Kamerhe à cœur. Quant à son rapprochement à la plate-forme électorale de l'Union pour la nation congolaise, Mwanda N'semi s'est contacté d'une phrase. «Je veux vous répondre au moment opportun, a souligné Mwanda S'semi. Si en public, c'est la remise du livre de Kamerhe à Mwanda N'semi, qui était objet de l'hôte de Vital Kamerhe, en coulisse il semble qu'un rapprochement entre les deux hommes serait en vue. L'Union pour la nation congolaise qui se prépare à lancer sa machine électorale pour la course à la magistrature suprême 1e cette année, est entrain de regrouper autour d'elle des partis politiques et personnalités indépendantes. L'union de toutes ces forces pourra apporter un plus au combat de Vital Kamerhe. Le président national de l'UNC qui ne cache plus ses ambitions présidentielles, compte sur ses anciens collaborateurs à la chambre basse. Ces derniers lui avaient soutenu lors du bars-de-fer, qui lui avait opposé en 2008 avec son ex famille politique, par rapport à son indépendance esprit. Cette indépendance d'esprit, avait fait que Kamerhe trouve grave la traversée de frontière des troupes rwandaises, pour s'engager aux cotés des Forces armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, pour traquer les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, FDLR, qui continuent à semer la désolation à l'Est.

                                                                                                      Eric MASIMO

Commenter cet article