UN ARTICLE D’AFRICANEWS FAIT JASER - Primature : Tshisekedi dément !

Publié le par jpkasusula



Le sphinx de Limete a vu une main noire derrière l’article d ‘AfricaNews faisant état de sa candidature comme Premier ministre après le 6 décembre, il le dit dans ce droit de réponse adressé au journal via son directeur de cabinet et porte-parole, Albert Moleka. Monsieur le Directeur de Publication Concerne Droit de réponse. En ma double qualité de Directeur de Cabinet et Porte-parole de Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Président de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, et pour avoir pris part à la réception organisée par Son excellence monsieur l’ambassadeur de la Confédération Helvétique dont fait mention l’article publié à la Une de votre journal du 06juin 2011 intitulé «Présidentielle en décembre 2012», Décor planté pour les prolongations, je me dois de démentir certaines affirmations mensongères contenues dans cet article et susceptibles d’induire en erreur l’opinion publique en général et vos lecteurs en particulier.
En liminaire, en date du vendredi 13 mai dernier, son excellence monsieur l’ambassadeur de la Confédération Helvétique a convié à une réception en sa résidence certains acteurs politiques de l’Opposition. Il ne s’agissait nullement d’une concertation comme vous l’affirmez dans l’article précité.

 

Du reste, vous n’êtes certainement pas sans savoir que les acteurs politiques de la Majorité présidentielle ont été conviés eux aussi à une réception organisée deux semaines plus tard par la même personnalité. Il serait donc intéressant que votre journal puisse une fois de plus spéculer là-dessus et nous livrer «l’autre son de cloche».
Il ressort également de l’article susvisé l’affirmation selon laquelle lors de cette rencontre, l’ambassadeur de la Confédération Helvétique aurait posé à ses hôtes la question suivante:
«Si demain il n’y a pas d’élections et Kabila veut désigner un Premier Ministre issu de l’Opposition, serez-vous candidat?». Vous rapportez dans vos colonnes que monsieur Etienne Tshisekedi a «répondu par l‘affirmative».
Monsieur le Directeur de Publication, Je vous informe ainsi que vos lecteurs que cette affirmation est fausse et dénuée de tout fondement. En effet, à aucun moment cette question n’a été abordée ou posée par l’hôte du jour ou par un quelconque participant pour la bonne et simple raison qu’elle n’est d’aucun intérêt pour le peuple congolais. Ce dernier est plutôt impatient d’exercer son droit et son devoir de souverain primaire pour sanctionner la gestion de la Res Publica à travers des élections crédibles organisées dans les délais constitutionnels. Ainsi, monsieur Etienne Tshisekedi ne pouvait répondre à une question qui n’a jamais été posée et dont je doute d’ailleurs que quelqu’un puisse avoir l’outrecuidance d’aborder à son intention. Dès lors, votre article a tout l’air d’un montage concocté par des officines obscures et visant à discréditer non seulement monsieur Etienne Tshisekedi mais aussi l’Opposition politique. C’est ici le lieu de vous rappeler que dans sa lettre du 06 avril dernier à la Commission Electorale Nationale Indépendante -CENI-, et au-delà delà des critiques sérieuses formulées contre le projet de calendrier électoral lui présenté quelques jours plus tôt par le bureau de la CENI, monsieur Etienne Tshisekedi, dont on connaît la constance, a réaffirmé que l’UDPS est partie prenante aux élections de 2011. Ce qu’il a ensuite confirmé lors du grand meeting qu’il a tenu le 24avril dernier au stade Tata Raphaël de Kinshasa tout en précisant que l’UDPS qui, depuis 29 ans, mène un combat acharné pour l’instauration en RDCongo de’ la démocratie et d’un Etat de droit, c’est-à-dire un Etat où la loi est au dessus de tout le monde et tout le monde s’y soumet, donc un Etat respectueux des textes, le mandat, constitutionnel de l’actuel Président doit nécessairement prendre fin le 6 décembre 2011; date d’entrée en fonction du Président nouvellement élu. En effet, alors que les scrutins de 2005, pour la Communauté Internationale avait soutenu à bras-le-corps la RD-Congo à se doter des institutions démocratiques, pour qu’elle puisse parla suite voler de ses propres ailes, les institutions du pays ont été incapables de poursuivre le processus démocratique par l’organisation des élections municipales et locales pourtant déjà financées par la même Communauté internationale. Pire, nous voilà cinq ans après incapables de remettre le mandat au peuple souverain par l’organisation dans les délais constitutionnels des élections crédibles.

 

Et puisque le pouvoir en place ne peut se prévaloir de sa propre turpitude, il doit savoir que le peuple congolais n’est pas disposé à lui accorder un jour de plus au terme constitutionnel de cette mandature. En attendant, nous voudrions saisir cette opportunité pour davantage encourager la Communauté internationale à continuer d’aider le peuple congolais à sortir de l’ornière de l’inconscience tranquille dans laquelle le régime en place l’enferme depuis dix ans. Dans l’espoir que vous publierez la présente mise au point dans les mêmes conditions que l’article susvisé, de votre journal numéro 598 du lundi 06 au 07 juin 2011, nous vous prions d’agréer, monsieur le Directeur de publication, l’expression de nos meilleurs sentiments.

 

E.Albert MOLEKA

Commenter cet article