Très attendu à l’Est, Tshisekedi y arrive via la RSA

Publié le par jpkasusula



Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS, après le succès retentissant de sa tournée en Europe et en Amérique, est attendu ce samedi en Afrique du Sud en provenance de Bruxelles la capitale belge. A jobourg, Tshisekedi va, à l’invitation de Africanised group, animer une conférence économique internationale cet après midi sur le futur de la RD-Congo après les élections. Un nouveau signe de l’envergure internationale qu’a prise désormais Tshisekedi, cette conférence connaîtra la participation des délégués de la SADC et de la banque mondiale notamment, sans doute que Tshisekedi se servira encore de cette tribune prestigieuse pour consolider sa stature d’homme d’Etat. Cette deuxième étape sud africaine survient dans un laps de temps très court, et intervient dans un contexte particulier pour les milliers des congolais qui y vivent. Il faut se rappeler que ceux-ci avaient organisé le mardi 18 octobre des manifestations monstres pour exiger le départ de Kabila du pouvoir.

Ces compatriotes qui vivent en Afrique du Sud malgré eux, sont lassés de voir les conditions socioéconomiques de leur cher pays se détériorer davantage. Par milliers ils sont descendus dans les rues de Johannesburg pour dire leur ras-le-bol aux autorités de la nation arc-en-ciel, dont on sait l’influence qu’ils ont sur les dirigeants congolais. Tshisekedi qui ava déjà été accueilli triomphalement quelques mois auparavant par la diaspora congolaise, au point de paralyser l’aéroport R.Tambo, y retourne pour porter l’estocade finale à la Kabilie en mobilisant l’énergie de ses nombreux sympathisants. S’il vrai que les congolais du pays de Nelson Mandela ne voteront pas, il est vrai tout de même qu’ils ont de l’influence sur leurs frères et soeurs restés au pays et croupissant dans la misère. Ils ne manqueront pas de donner une consigne de vote à leur fratrie en faveur de Tshisekedi. D’ailleurs, c’est à leur invitation que le leader maximo effectue ce voyage malgré son chargé.
Des sources rapportent que la diaspora congolaise du pays de Jacob Zuma, le président sud africain, va apporter au sphinx de Limete le soutien financier, matériel et logistique afin qu’il mène à bien sa campagne électorale. Delà, Etienne Tshisekedi se rendra directement à Kisangani -chef-lieu de la province orientale- Où il est très attendu par les boyomais et les boyomaises. Une équipe d’avance l’y a déjà précédé, conduite par Valentin Mubake, son conseiller politique. Il y a plus d’une semaine que Mubake et sa suite séjourne dans l’Est du pays. Cette délégation se renforce chaque jour par les candidats à la députation nationale d l’UDPS de cette partie de la République. Le succès populaire que Mubake récolte dans l’Est du pays augure une marée humaine sans précédent pour accueillir « ya Tshitshi ». Le succès de Mubake et la ferveur qui s’observe dans la population avant la descente du leader de l’opposition congolaise, fait mentir ceux qui disaient que l’UDPS était faiblement implanté à l’Est du pays. La majorité qui considère l’Est comme son bastion est très inquiète et prend la chose très au sérieux en résolvant de perturber la tournée de Tshisekedi au Sud et Nord-Kivu, au Maniema et dans la province orientale. La stratégie du pouvoir pour saper la tournée de Tshisekedi est la même que celle employée dans la capitale lors des manifestations publiques de l’UDPS et ses alliés. Répression aveugle et brutale de la police, infiltration des marches, instrumentalisations des « Kulunas » contre les militants de l’UDPS et des alliés, sont les recettes que Kabila veut utiliser pour perturber Tshisekedi dans sa conquête de l’Est. Des sources concordantes rapportent que des avions ont été affrétés pour Kisangani avec à leur bords de « Kulunas » et des jeunes sportifs à la solde du PPRD.
L’objectif caillasser le cortège de Tshisekedi. Du côté des dirigeants de l‘UDPS ont dit ne pas craindre ses hors-la-loi, qui traduisent le désarroi dans le camp présidentiel. Les dirigeants s’attendent à ce que Tshisekedi soit accueilli triomphalement comme ce fut le cas à Lubumbashi et Kinshasa. A quelques jours de la campagne électorale, l’UDPS a choisi la province orientale et sa ville martyre de Kisangani pour ouvrir les hostilités, tout un symbole.
                                                                                           John TSHINGOMBE

Publié dans Politique

Commenter cet article