Sortie officielle du CDPS Beltchika- Tshisekedi : rupture totale !

Publié le par jpkasusula

«Qu’on s’entende bien là-dessus. Il n’est nullement question d’un nouveau Parti, mais plutôt du Parti du 15 février 1982, qui change tout simplement d’appellation, en vue de se démarquer totalement des autres qui ne se contentent que de l’étiquette, d’une coquille, vidée de la vision originale des Pères Fondateurs de l’UDPS ». Tel est l’essentiel du discours de l’Ambassadeur François-Xavier Belcthika Kalubye, prononcé le samedi 9 juillet 2011, à l’esplanade du Collège Saint Joseph, à Kinshasa, à l’occasion de la sortie officielle du Congrès des Démocrates pour le Progrès Social, CDPS. C’était devant une foule compacte de combattantes et combattants, et un parterre de personnalités politiques, dont le Président de Bundu Dia Mayala, BDM, l’Honorable Ne Mwanda Nsemi, et d’une importante délégation de l’UDPS Kibassa. Expliquant le contenu du sigle ‘‘CDPS’’, Beltchika Kalubye a parlé d’un petit remplacement de la voyelle « U » par la consomme « C ». Un petit remplacement, renchérit-t-il, qui fait une très grande différence. Car, «nous sommes passés de l’Union qui aspirait à la démocratie pour le progrès social, à un regroupement des démocrates pour le progrès social». La rupture est donc totale et définitive, a annoncé Beltchika, sous les applaudissements frénétiques de ses pairs et d’un public manifestement très enflammé. A en croire l’orateur, le CDPS s’ajoute dans la liste des partis politiques de l’opposition. Mais une opposition qui ne soutient absolument pas la vision de Tshisekedi wa Mulumba. Le CDPS garde les acquis du 1er Congrès de l’UDPS, tenu au mois d’avril 2009. Des acquis que Tshisekedi avait catégoriquement rejetés depuis Bruxelles. Au jour d’aujourd’hui, renseigne le Chef d’Antenne de Kinshasa, le camarade Shambuyi Tshivuadi que nous avons interviewé sur le lieu, : «Nous nous sommes séparés de tout, et définitivement. Nous sommes debout depuis la publication de l’Arrêté ministériel n°70/2011, portant enregistrement de notre cher et beau parti, sous la nouvelle dénomination CDPS». Le CDPS, un parti bien en place Notons qu’à l’affiche des personnalités de cette formation politique, se trouvent, en majorité, les compagnons de longue date d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Ceux-là qui se réclament des vrais défenseurs de la démocratie. Ce sont eux, en effet, qui avaient tenu le 1er Congrès d’avril 2009, sous la bénédiction totale du Collège des Fondateurs, conformément aux textes régissant le parti à l’époque. Néanmoins, en dépit des soubresauts qui ont émaillé la fille aînée de l’opposition pendant la période de convalescence du lider maximo, alors en séjour à Bruxelles ; doublés d’une guerre ouverte de leadership au sein de l’UDPS, toutes les ailes de ce grand parti de l’opposition se réclamaient toujours fidèle à Etienne Tshisekedi. A ce niveau, l’opinion s’attendait à tout, sauf à la division comme c’est le cas aujourd’hui. Les indices de divorces sont apparus au grand jour le 8 décembre 2010, date du retour au pays du Président National du Parti, après plus de trois ans d’absence. Celui-ci ne reconnaîtra qu’une seule aile, celle de Limete. Il était difficile d’y croire tout au début, mais ce qui était inimaginable hier, s’est dessiné à l’encre rouge par la suite. C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour ces vaillants combattantes et combattants qui ont levé l’option de soutenir François-Xavier Beltchika. Ce « parti moderne », comme ils l’appellent, hérite de tous les organes de l’UDPS, mis en place, après la tenue du 1er Congrès d’avril 2009, et, les animateurs restent les mêmes. Comme qui dirait, CDPS n’aura pas des difficultés pour son implantation, sur toute l’entendue du pays.

La Pros.

Publié dans Politique

Commenter cet article