Répression et interdiction des manifestations publiques, crash de Hewa Bora et coupure de signal de RLTV : L'Asadho dénonce l'arbitraire

Publié le par jpkasusula



L'ONGDH mène des actions de lobbying et des plaidoyers auprès des partenaires pour éviter le pire. De son côté, Jed saisit Mende Omalanga sur le dossier RLTV. Me Jean Claude Katende Mukendi, président national de l'Association africaine de défense des droits de l'homme (ASADHO), une organisation non gouvernementale de droit congolais de défense et de promotion de droits de l'homme, a tenu hier jeudi 14 juillet 2011, un point de presse au siège de cette ONGDH à Kinshasa/Gombe, pour prendre position des faits qui se sont produits durant ce mois en cours.

Au menu de sa conférence de presse, Me JC Katende Mukendi a abordé le problème de la répression sanglante et interdiction des manifestations de l'Udps à Kinshasa et à Lubumbashi qui continue à défrayer la chronique, de crash de l'avion de Hewa Bora à Kisangani et de la coupure du signal de RLTV, une chaîne de télévision proche de l'opposition.

Abordant la question liée à la répression sanglante et interdiction des manifestations publiques de l'Udps, l'Asadho déplore l'attitude du gouvernement de la Rdc qui se comporte comme si nous étions dans un régime de l'autorisation. En agissant ainsi le gouvernement a violé l'article 26 de la Constitution qui dispose que la liberté de manifestation est garantie .Toute manifestation sur les voies publiques ou en plein air, impose aux organisateurs d'informer par écrit les autorités administratives compétentes “. Pourtant l'Udps avait bel et bien informé l'autorité urbaine.

Me JC Katende déplore la politique de deux poids et de mesures instituée par le pouvoir en place, pour favoriser les partis de la majorité et marginalisé ceux de l'opposition. Les partis politiques de la majorité sont soumis au régime de faveur et ils n'ont aucune difficulté pour organiser leurs manifestations tandis que ceux de l'opposition sont au régime de discrimination; dit-il. Pour lui, ce faussé risque de créer le genre de conflits entre les partis politiques et les citoyens. C'est pourquoi Me Jean-Claude Katende Mukendi invite le pouvoir en place, à aider les partis politiques à s'organiser.

L'Asadho dénonce aussi l'attitude du maire de la ville de Lubumbashi qui, dans une décision officielle, a interdit la manifestation de l'Udps. L'Ongdh déplore le traitement discriminatoire dont est victime le parti cher à Etienne Tshisekedi de la part du pouvoir en place à quelques mois des élections présidentielle et législatives de novembre 2011.

Au lieu d'être juge et partie, le gouvernement de la RDC devrait observer une attitude impartiale, conseille Asadho.

L'Ongdh a également abordé le cas du crash de l'avion de la compagnie Hewa Bora survenue le vendredi dernier à l'aéroport de Kisangani, en Province Orientale. Fidèle à sa tradition, l'Asadho exige la mise en place d'une commission d'enquête indépendante avec la participation des experts de la Monusco, pour déterminer les»responsabilités. Il faut que les autorités repensent à l'aviation civile congolaise, pour éviter ce genre de catastrophes. L'Asadho se bat pour l'enquête aboutisse.

Voyager c'est un droit, mais nous ne pouvons pas accepter de voyager dans des avions de la mort, il faut voyager en toute sécurité “, dit Me Jean Claude Katende Mukendi.

En dernière minute de cette conférence de presse, le président national de l'Asadho a parlé de coupure de signal de la radio télévision Lisanga (RLTV) qui, de son avis reste l'unique voix par laquelle l'opposition s'exprime librement étant donné que la Radio télévision nationale du Congo, RNTC, est au service du pouvoir.

L'Asadho exige le rétablissement du signal de la chaîne RLTV et appelle le gouvernement à faire respecter la liberté d'expression et d'opinions. Concernant cette affaire, une réunion est prévue ce matin au ministère de la Communication et des Médias entre RLTV et le ministère, pour obtenir un engagement de la part de Lisanga Tv pour le respect de normes avant la reprise du signal; indique une source proche du cabinet Mende Lambert.

Hier, Journaliste en Danger (Jed), une organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté de la presse, a dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalange, invite le porte parole du gouvernement à ordonner immédiatement la reprise des émissions de RLTV afin de ne pas envenimer d'avantage le climat politique déjà tendu en cette période pré électorale.

JED est indigné de constater qu'à trois mois des élections présidentielle et législatives prévues au novembre prochain, le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC), l'organe de régulation des médias, n'est pas encore mis en place. Et, le ministre de Communication et des Médias impose le monopole politique sur les médias en supprimant les émissions jugées dérangeantes qui donnent la voix discordante.

Le processus électoral en préparation est très mal engagé par la Ceni qui a une partie pris et ne veut pas écouter les conseils des forces politiquées impliquées dans le processus. Le pire est à craindre. C'est pourquoi l'Asadho mène des actions de lobbying et de plaidoyer auprès des partenaires étrangers de la Rdc, pour que le processus électoral en préparation aboutisse dans le calme et la quiétude.

Terreur à Kinshasa

Depuis la répression sanglante de la manifestation pacifique de l'Udps suivi des arrestations arbitraires des partisans d'Etienne Tshisekedi devant le siège de la Ceni, la terreur est observée ce dernier temps à Kinshasa où les combattants du parti de la 10ème rue Limete sont victimes de rapt de la part des “pomba” recrutés par on ne sait pas encore pour terroriser les adeptes de Lider Maximo.

Selon les témoignages reçus hier à Limete, des brigands ont traumatisé les combattants de l'Udps. Certains ont été blessés gravement à l'aide des machettes, signale notre source.

A quelques mois des scrutins de novembre prochain, la terreur, les violences physiques, la répression, l'intolérance gagnent du terrain à l'endroit des combattants de l'Udps. Même ceux qui sont censés au milieu du village se comporte brutalement et violement contre les adeptes de Tshisekedi qui revendiquent mains nues.

Le gouvernement est appelé à agir avant que le pire arrive car, le peuple déterminé est plus fort que la bombe atomique. Un jour, la répression sanglante contre les adeptes de l'Udps finira.

                                                                                    Godé KALONJI MUKENDI

Publié dans Politique

Commenter cet article