Réplique au chiffon de Colette Braeckman : L’ultime ambition de l’éternel opposant

Publié le par jpkasusula

Madame Colette Braeckman, pseudo journaliste belge du Soir qui, parce
qu'elle enregistre tous les ragots des congolais dont elle se contente
d'une reproduction aveugle, se flatte d'être appelée spécialiste de la
politique congolaise. Elle excelle ainsi depuis quelques années à
publier  en guise d'information journalistique ces ragots ramassés
augré du vent dans la rue, sans aucune espèce de recoupement comme le
ferait un journaliste professionnel.

Elle vient donc, comme à l’accoutumée, de sortir sur son blog, un
texte bourré de contrevérités, dénigrant le candidat à la Présidence,
Monsieur Etienne Tshisekedi. Ce n'est pas la première fois qu'elle
adopte le style populiste de « France Soir » pour parler de
Tshisekedi. UDPS.ORG remettra en ligne une ancienne réplique qui lui
avait été réservée lors de la parution dans le Soir d'un article
semblable en 1993 à l'occasion du dédoublement du gouvernement avec
Faustin Birindwa !

Déjà, à l'époque, elle épousait la cause du dictateur Mobutu,
considérant que les actes de ce dernier étaient justifiables!Quant
àson dernier article , voici la réplique adressée au journal le Soir
par M. Nkuba.

udps.org
_________________________

Monsieur le Rédacteur du journal Le Soir.

Nous sommes consternés par le caractère mensonger et dérogatoire de
votre article paru dans le blog du journal Le Soir du 28 octobre
2011. Cet article, intitulé "complot des opposants à l'élection de
Tshisekedi" et signé par madame Colette Braeckman, ressemble à un
tract et contient de grossières contre-vérités que nous allons relever
et corriger.

1. L'article dépeint Monsieur Étienne Tshisekedi comme étant
narcissique, orgueilleux et imprévisible. Ceci est complètement faux
quand on sait que Mr Tshisekedi a basé toute sa lutte politique sur le
sens élevé d'abnégation pour le bien du plus grand nombre. Monsieur
Tshisekedi n'a jamais cherché à privilégier son intérêt personnel au
détriment de la population congolaise.
À titre d'exemple monsieur Tshisekedi refusera d'accepter le poste de
premier ministre en juillet 1991 sur demande de la population, alors
qu'il pouvait le faire pour assouvir ses ambitions personnelles.

2. L'article dit à la manière d'un tract qu'en 1960, Tshisekedi est
accusé d'avoir signé le document envoyant le premier ministre Patrice
Lumumba au Katanga. Qui l'accuse? L'article relève que Tshisekedi est
encore étudiant en droit et n'est que adjoint au commissaire général à
la justice au moment des faits. Il y avait donc un titulaire au poste,
au dessus duquel il y a avait Mr Mobutu. À la conférence nationale
souveraine (CNS) de 1992, il a été établi que Mr. Tshisekedi n'était
mêlé ni de loin ni de près au destin tragique du premier ministre
Lumumba.

3. Tshisekedi n'a jamais été membre éminent du groupe de Binza comme
l'affirme l'article. Par ailleurs, en 1969 Tshisekedi était ministre
de la Justice et pas ministre de l'intérieur. "Les pendus de la
Pentecôte" ont été exécutés par Mr Mobutu en 1966 et pas en 1969. Ce
n'est pas le Manifeste de la Nsele qui a jeté les bases du parti
unique, mais plutôt la suppression unilatérale par monsieur Mobutu en
1970 de la disposition constitutionnelle qui prévoyait 2 partis
politiques en RDC. Monsieur Tshisekedi qui s'était opposé à cette
suppression à été enlevé du gouvernement et envoyé comme ambassadeur
au Maroc en 1970 en guise de punition.
Il est faux d'affirmer que Mr Tshisekedi a ouvert grandement les
portes de la magistrature aux ressortissants de sa province. Comme
vous le savez, le Congo n'avait quasiment pas d'universitaires en
1960. Tous les diplômés en droit entre 1960 et 1970 étaient tous
engagés indépendamment de leur province d'origine.

4. Le passage de l'article concernant la danse avec le léopard dénote
une méconnaissance désarmante de la politique zaïroise de l'époque.
Après les pillages du 23 septembre 1991, et à la suite des
concertations politiques du Palais de Marbre I, Étienne Tshisekedi est
désigné premier ministre par consensus général en octobre de la même
année. Il se met d'accord avec Mobutu sur un texte de prestation de
serment que le dictateur tente de changer en dernière minute, au
moment de la signature. Tshisekedi s'en est rendu compte et a
justement biffé la mention frauduleusement ajoutée. En fait ce n'est
pas ce fait qui a conduit à la neutralisation du gouvernement mais
c'est plutôt le dynamitage des bâtiments du journal ELIMA. Le premier
ministre Tshisekedi avait alors donné à son ministre de la défense de
l'époque, Mr Honoré Ngbanda, 48 heures pour lui dire qui était
responsable de cet acte terroriste. Pris de panique et de crainte de
se faire arrêter, Mr. Ngbanda après conciliabules avec Mobutu décidera
de souder les portes des bureaux du premier ministre et d'y placer les
chars de la fameuse division spéciale présidentielle. C'est ça qui
sonnera le glas de ce gouvernement.

L'article parle avec légèreté des événements consécutifs au pillage
du 28 janvier 1993 qui ont coûté la vie à l'ambassadeur de France en
RDC et affirme sans vergogne que Tshisekedi était injoignable car
faisant la sieste; alors que tout le monde sait qu'il y avait une
lutte âpre pour revenir au schéma de la CNS.

5. À l'entrée de l'AFDL, ce n'est pas Laurent Désiré Kabila qui a
envoyé ses conseillers pour rencontrer Étienne Tshisekedi , mais
plutôt ce dernier qui a mis à la disposition de Kabila un groupe de
juristes pour voir dans quelle mesure régulariser son pouvoir. Kabila
et les étrangers qui l'accompagnaient, y compris celui qui est au
pouvoir actuellement en RDC, opposeront une fin de non recevoir. On
connaît la suite. Pour la petite histoire, ce n'est pas feu Gaétan
Kakudji qui avait doté Mr Tshisekedi d'un motoculteur, mais plutôt Mr
Mawampanga qui était ministre de l'agriculture.
Au début des années 2000, les efforts incessants de Mr. Tshisekedi,
notamment par le rejet de l'accord de l'hôtel cascade qui consacraient
la partition de fait du pays, avaient permis de réunifier le pays. Il
est paradoxal de constater que pendant le décrié 1+4 , il y avait un
calme relatif à l'est du pays et que depuis les élections
exceptionnellement "libres et transparentes" de 2006 la machine à tuer
et à déplacer les populations de l'Est s'est comme par hasard de
nouveau emballée. Contrairement à ce qu'affirme l'article, les fils et
les filles de l'Est qui saisissent les enjeux réels de l'Est de la RDC
sont reconnaissants envers Mr. Tshisekedi d'avoir permis la conclusion
de l'Accord Global et Inclusif de Sun City.

Concernant la non participation à la mascarade électorale de 2006, les
événements d'aujourd'hui donnent parfaitement raison à l'UDPS et à son
Chef.
Aussi longtemps que les raisons pour lesquelles Mr Tshisekedi est
grandement populaire auprès des congolais ne seront pas vidées, il le
restera toujours.

6. Contrairement à ce qu'affirme l'article, L'UDPS est le seul parti
congolais qui connaît un véritable débat interne. À certains égards,
ce débat a été perçu comme de la cacophonie, et nous sommes heureux
que le président Tshisekedi ait repris les choses en main pour
imprimer une direction et une dynamique claires au parti.
Jusqu'aujourd'hui, le fonctionnement de l'UDPS est basée sur le
bénévolat. Ainsi donc, parler de la gestion opaque des finances qui
n'existent quasiment pas, relève d'une aberration.

Quant aux membres de la famille biologique de Mr Tshisekedi, ils
occupent la place qui leur revient au sein de L'UDPS. Il ne faut pas
oublier les sévices, privations et sacrifices qu'ils ont endurés dans
cette lutte sans merci pour l'avènement de l'Etat de droit en RDC; et
les stigmatiser pour rien relève d'une méchanceté gratuite.

7. Finalement, les Congolais qui voteront le 28 novembre prochain,
voteront pour un homme qu'ils chérissent et connaissent bien et dont
la vision et l'action politique à venir se trouvent dans "l'Appel de
Étienne Tshisekedi au Peuple Congolais" du 1er Septembre 2011 et dans
le programme du gouvernement produit par L'UDPS.
Nous aurions souhaité que madame Braeckman passe un peu plus de temps
sur ces derniers documents, plutôt que de produire un concentré de
mensonges dans un si petit article.

A. Nkuba.

-- 
Raphaël KASHALA
Secrétaire Général
Congo Nord Sud asbl
Tél:+3216477431
Gsm: +32477233968
rkashala@gmail.com

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article