Processus électoral en RDC Tshisekedi et Bemba pessimistes

Publié le par jpkasusula

Parti du pays il y a deux mois, après s'être fait enrôler dans un bureau de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) pour une longue tournée de contacts avec les Congolais de la diaspora ainsi que des diplomates et décideurs politiques occidentaux en Europe, au Canada et aux Etats-Unis d'Amérique, Etienne Tshisekedi, 'président national de l'UDPS , s'est annoncé le vendredi 15 juillet 2011 au quartier pénitentiaire de la CPI (Cour Pénale Internationale), à La. Haye. C'était, on s'en doute, pour rendre une, visite de courtoisie à un illustre détenu, le sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo, vice-président honoraire de la République 'Démocratique du Congo.

Les deux poids « super lourds » de là scène politique congolaise et de l'opposition ont profité de la circonstance pour parler de la situation politique, économique et sociale du pays, sans oublier le processus électoral en cours.

S'agissant de l'état des lieux, Tshisekedi et Bemba n'ont pas mis les gants pour décréter que le pays se portait très mal, sur tous les plans.

De l'avis du président du MLC (Mouvement de Libération du Congo), le grand fléau qui mine le plus la RDC s'appelle corruption, dont les meilleurs élèves se recrutent au sein de la classe politique.

Aussi en a-t-il appelé au changement de gouvernants, par le canal des élections présidentielle et législatives notamment. Le« Chairman », candidat malheureux à la présidentielle de 2006, qui en sait un bon bout sur les tripatouillages des résultats; a exhorté son illustre visiteur à ouvrir l'oeil et le bon sur les bureaux de vote.

On croit savoir que les échos des irrégularités qui ont émaillé les opérations de révision du fichier électoral et dénoncées dernièrement par l'UDPS (enrôlement des mineurs, des étrangers et des hommes en uniforme, doublons, pannes suspectes et sélectives des kits électorales, omission de certains secteurs du fichier électoral …) sont parvenues aux Oreilles du président national du MLC. D'où son message de vigilance à l'endroit de son aîné Tshisekedi, qui n'est pas né de la dernière pluie et qui en a déjà vu des vertes et de pas mûres sous la dictature da fau le Maréchal Mobutu.

L'axe UDPS-MLC parait d'ores et déjà tracé en prévision des compétitions électorales à venir. Absents du processus de 2006 pour des raisons archiconnues, Etienne Tshisekedi et son parti, dont les cadres et combattants avaient apporté beaucoup de voix à Jean-Pierre Bemba et ses amis politiques, attendent certainement le retour de l'ascenseur en 2011, dans un contexte où, paradoxalement, le « Chairman » est non partant.

En effet, les derniers espoirs de Jean-Pierre Bemba de se porter éventuellement candidat pour un mandat électif à la' magistrature suprême ou à la députation nationale se sont envolés le jeudi 14 juillet, après l'annonce de la décision de la, Cour Pénale International de suspendre son procès, pour cause de vacances judiciaires, jusqu'au 22 août prochain. Or, selon le calendrier électoral diffusé par la CENI, la convocation .de l'électorat et l'inscription des candidats à l'élection présidentielle et à la députation nationale devraient démarrer le 04 août 2011. Et du o4 août au o6 septembre 2011, il est prévu la réception et le traitement des candidatures pour l'élection présidentielle et la députation nationale. La publication de la liste provisoire des candidates à l'élection présidentielle et à la députation nationale devrait intervenir le 07 septembre 2011. Les recours et contentieux seraient traités entre le 08 et 16 septembre 2011. La publication data liste définitive des candidats à l'élection présidentielle et à la députation nationale aura lieu le 17 septembre 2011 manifestement, le chronique de son procès à La Haye joue contre l'avenir politique du « Chairman ».

Tshisekedi le 23 juillet à Lubumbashi

Pour ce qui est de l'agenda d'Etienne Tshisekedi, l'on a prend qu'il devrait quitter la Belgique en ce début de semaine pour des séjours éclairs dans quelques capitales africaines, avant de se rendre à Johannesburg, en Afrique du Sud, où il est fortement réclamé par la colonie congolaise. Après le pays de Mandela, il devrait regagner le territoire congolais par Lubumbashi le samedi 23 juillet 2011. Plusieurs villes du Katanga sont inscrites aussi à son tableau de bord, à savoir Likasi, Kolwezi, Kipushi. Il est espérer que des fonctionnaires et agents zélés des services ne vont pas interférer pour empêcher ce candidat à la magistrature suprême, dont la circonscription électorale a pour espace l'ensemble de la République, de communiquer avec sa « base ».

Publié dans Politique

Commenter cet article