Pacification, défense des droits de l’homme et instauration de la démocratie en RDC - J. Kabila de nouveau contredit par les faits !

Publié le par jpkasusula



La répression du sit-in de l’Udps et l’occupation d’Abialos, localité du territoire de Beni, par les rebelles de l’ADF/NALU sont parmi les preuves. A l’occasion du 51ème  anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo, le Chef de l’Etat s’est adressé à la nation et à tous les peuples de l’univers à partir de Lubumbashi pour dire que son pays a retrouvé la paix, que les droits de l’homme sont garantis et défendus par l’Etat,

que le vécu quotidien de la population s’est nettement amélioré et que la démocratie est le crédo du système de gouvernement mis en place au Congo-Kinshasa au lendemain des élections de 2006 ?
Trois jours après la tenue de ce discours qui a fait rêver les peuples épris de paix, de liberté, de démocratie, de justice et de bien-être à travers le monde, le Président J. Kabila a été contredit sur toute la ligne par la répression sanglante de la manifestation pacifique de combattants de l’UDPS venus déposer un mémorandum au siège central de la Commission électorale nationale indépendante, CENI en sigle !
Mercredi dernier, juste au moment où le Chef de l’Etat s’apprêtait à prononcer son discours d’ouverture de la 37ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie à Kinshasa, une horde de rebelles de l’ADF/NALU lourdement armée a pris d’assaut une position stratégique de l’armée nationale à Abialos, localité située en territoire de Beni dans le fin fond de la province du Nord-Kivu !

Adieu la démocratie
Deux jours auparavant, un important contingent du Comité international de la Croix-Rouge a été attaqué par un groupe armé non autrement identifié à 17 kilomètres du poste d’Etat de Dakwa dans la Province Orientale.
Cette attaque a pour conséquence immédiat la suspension de travaux de réhabilitation de l’axe routier Ango-Dakwa dont l’intérêt vital pour les populations de la contrée n’est plus à démontrer.
Mercredi dernier (le même jour où le Président de la République a prononcé son discours devant l’Assemblée des parlementaires de la francophonie), le Département d’Etat américain (ministère des Affaires étrangères) a publié en ces termes un communiqué relatif au viol massif des femmes (248 femmes), par des soldats en fuite dans les localités d’Abala, de Kanguli et de Nakiele au Sud-Kivu : “Les Etats Unis sont profondément perturbés par les viols systématiques qui ont été commis en juin dans la province du Sud-Kivu. Nous condamnons fermement ces violations graves de droits de l’homme “! Un peu comme pour avoir qu’il est fondamentalement dans l’impossibilité de traduire en réalités le rêve démocratique du peuple congolais qui l’observe ‘à chaque, instant, J. Kabila a lu un passage de son discours qui n’a pas manqué de surprendre les 250 participants à la 37ème session de l’Assemblée de parlementaires, nous citons : “ Sans la paix, la démocratie ne peut s’instaurer”!
Une manière de dire que les Congolais ne doivent pas’ compter sur lui en ce qui concerne la démocratisation de leur pays étant donné qu’il n’est pas en mesure de réaliser la paix qu’ils appellent pourtant de tous leurs vœux !
                                                                                                   BAMPORIKI CHAMIRA

Publié dans Politique

Commenter cet article