Les « Hiboux » sont de retour Double opération commando contre l'UDPS et la RLTV

Publié le par jpkasusula

Siège de l’UDPS incendié le 6/9/2011 à KinshasaSiège de l’UDPS incendié le 6/9/2011 à Kinshasa

Lors de sa conférence de presse qu'il a tenue hier 06 septembre 2011 à la permanence de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.PS.) à Limeté, le secrétaire général de cette formation politique, Me Jacquemain Shabani Lukoo, a fourni le bilan provisoire du saccage de cette permanence - opéré selon lui pendant la nuit du 05 au 06 septembre 2011 par des soldats en uniforme et conduits par des véhicules de la Police - bilan qu'il détenait jusqu'à ce moment-là. Au total, 2 morts; plusieurs blessés et une cinquantaine d'arrestations des combattants de l'Udps. Cette opération, a-t-il dit, a été planifiée et exécutée par les tenants du pouvoir en place. Dès que l'Udps a eu vent de cette opér4tion, Me J. Shabani soutient d avoir prévenu la Police pour des mesures préventives, mais celle-ci n'a pas daigné faire son devoir. Et, a-t-il constaté, au vu et au su de tout le monde, voilà que les malfaiteurs ont mis leur plan en exécution, à partir de 2h00 du matin.

Une vue intérieure du studio de la chaine de télévision RLTV incendié le 6/9/2011Une vue intérieure du studio de la chaine de télévision RLTV incendié le 6/9/2011

Et non contents des dégâts énormes causés la nuit, le Secrétaire général de l'Udps a noté que les mêmes Policiers sont revenus en plein jour, à partir de 6h00, se sont postés devant la permanence et ont abattu deux combattants : l'un à bout portant dans l'enceinte même de la Permanence et l'autre qui venait de succomber à ses blessures par balles. Les deux corps sont gardés à la morgue de l'Hôpital Bondeko. Cela' sans se cacher et sans se gêner, comme si la vie humaine n'avait aucune valeur pour eux et leurs chefs. Expliquant les raisons de cette agression contre son parti, Jacquemain Shabani, qui avait à sa droite Roger Lumbala dont la chaîne de télévision -RLTV- a été aussi incendiée dans la même nuit par les mêmes agresseurs, a affirmé que cela était principalement provoqué par la faiblesse du régime de Kabila; un régime finissant qui essaie de se maintenir par la terreur. Malgré cela, il a promis que l'ensemble de l'opposition allait bouter ce régime dehors pour l'empêcher de nuire.

« Pomba » et Police : un mariage contre nature

Au bas du podium se trouvaient les douilles 'des balles et les restes des bombes incendiaires et toxiques laissées dans la parcelles par les assaillants. Une visite éclair de la Permanence révèle la violence inouïe utilisée la nuit et le matin du même jour deux antivols arrachés des fenêtres, des vitres jonchant partout dans la parcelle. Le bureau de J. Shabani et tous les bureaux des responsables de l'Udps étaient pillés et leurs documents de travail brûlés. A l'intérieur du bâtiment, les traces fraîches de sang humain étaient toujours-là, tandis que la, porte d'entrée était fracassée par une bombe. Des calicots, des habits et des tricots étaient brûlés à l'intérieur même du salon et à l'extérieur, juste à côté du portail d'entrée. Des chaises en plastiques, brisées et brûlées se trouvaient éparpillés avec certains papiers dans la parcelle. Partout, il y avait l'odeur du brûlis et visiblement, un ouragan de la violence était passé par là.

Revenant sur la Ligue des Jeunes du PPRD, J. Shabani leur a conseille de cesser avec des provocations, et d'exclure, de leurs rangs les milices armées « Pomba » destinées à semer la désolation lors des manifestations de l'opposition ou à attaquer, avec des policiers, les sièges des partis de l'opposition.

Il a affirmé que la politique de la non-violence prônée par l'Udps n'est nullement une faiblesse, mais une option choisie librement par son Président national E. Tshisekedi ; car l'Udps a la force nécessaire pour faire face à n'importe quelle attaque d'un adversaire.

Enfin, en interrogeant deux gardiens qui ont vécu ces attaquent, Le Phare apprendra que le assaillants s'étaient pointés réellement la nuit vers deux heures du matin. Ils avaient des véhicules de la Police et étaient composés des «Pomba» bien connus : Chaleur; Six Bolitte, Kokowaya, Muyuda etc. qui étaient munis d'armés des armes blanches.

C'est eux, ont-ils dit, qui ont saccagé et tué.

Ils se sont demandé comment la Police et les « Pomba » peuvent faire aujourd'hui bon ménage aux détriments des paisibles citoyens ?

                                                                                                                  RSK

Publié dans Politique

Commenter cet article