LE BOUCHER DE LA DECENNIE ETAIT UN FAUX ASSUREUR Stavros radié et déféré devant un juge

Publié le par jpkasusula

La SONAS a radicalement mis fin aux aventures du patron de Hewa Bora qui assurait ses avions maudits chez lui-même et traitait avec des compagnies fictives. Elle a retiré l'agrément à son courtier BAI SPRL et ouvert une action en justice contre son patron et ses complices.

Carole Agito Amela, l'ADG de la Société nationale d'assurances -SONAS., n'a pas réfléchi deux fois. Elle a sévi. Radicalement. Elle vient de radier de la liste de ses courtiers Bureau d'assurance international SPRL, agréé sous le code 0165, copropriété de Stavros Papaioannou, patron de la compagnie aérienne Hewa Bora suspendue le 15 juillet dernier à la suite du crash meurtrier de son Boeing 727 à l'aéroport de Bangboka, à Kisangani. Après les révélations croustillantes faites par la presse kinoise, il a été établi que Hewa Bora s'assurait ses avions chez Hewa Bora. Montant des souscriptions non déclarées à la SONAS? La justice, devant laquelle Agito poursuit solidairement Stavros Papaioannou, son associé Emile Henry Braun et Hewa Bora pour «escroquerie, détournement de deniers publics, fuite permanente de capitaux et évasion fiscale», établira la responsabilité des uns et des autres. En se faisant passer frauduleusement assureur et réassureur auprès des compagnies fictives genre Aviation Risk Manager ARM- et Strategic Transfer Solution -STS-, Stavros Papaioannou avait volontairement juré de devenir le boucher de la décennie. En l'espace de 3 ans, ses avions ont crashé 2 fois, faisant de nombreuses victimes qu'il n'a jamais indemnisées.

Stavros Papaioannou s'était laissé tenter par une sale besogne : faire le transport aérien sans assurer ses avions et exposer ses passagers à la mort. Son entreprise cynique lui vaut une série noire. Ça pourrit désormais de partout contre lui. A près la courageuse mesure du ministre des Transport et Voies de communication, Martin Kabwelulu, suspendant sa compagnie aérienne Hewa Bora à la suite du crash de Kisangani, Bure au d'Assurance International SPRL -BAI-, courtier de la SONAS agréé sous le code 0165 dont l'arrogant Stavros Papaioannou est un des actionnaires, est durement sanctionné, est durement sanctionné. Carol Agito Amela, l'ADG de l'assureur national, l'a radié de la liste de ses intermédiaires d'assurance.

Farewell Stavros l'assureur

Agito a publié un communiqué officiel le 26 juillet afin que nul n'en ignore. Stavros Papaioannou était devenu horrible. Il faisait le malin. En décidant de quitter les rangs des clients de la SONAS, il avait aussi juré d'initier une entreprise macabre : se soustraire de l'emprise de l'assureur national, qui au pays détient, du reste, le monopole dans ce secteur. Son imagination l'a poussé à mettre en place avec deux amis -lire remake en page 3-un intermédiaire, BAI SPRL, que la SONAS n'avait pas hésité d'agréer. Par Stavros, Hewa Bora était devenu l'assureur de Hewa Bora. Le boss avait bien caché son jeu jusqu'au lendemain du crash du vol HBA le 8 juillet dernier à Kisangani,le deuxième survenu en l'espace de 3 ans après le crash d'avril 2008 à Goma, au Nord-Kivu. Le bilan était lourd : sur 143 passagers à bord, 30 décédés identifiés manifestés, 36 tués non identifiés. 11 passagers manifestés non retrouvés, 6 membres d'équipage morts et 1 non retrouvé, a dressé le confrère Le Soft International citant le procureur de la République Jean Placide Lusamba M'Bobola. Ce bila le sera davantage tant que les dizaines les survivants admis en soins continueront de succomber à leurs graves blessures. Stravros a beau se monter main, accusant un jour la RVA, narguant un autre la SONAS, il a fini par avoir plus malins que lui : Les tabloïds kinois et Agito. Les premiers ont découvert et dénoncé la tricherie qui s'opérait sous BAI SPRL. La seconde a donné le coup de semonce après les investigations menées par ses services. Le communiqué officiel de la SONAS donne une image hideuse de Papaioannou. Celle d'un boucher. D'un criminel Stavros s'est frauduleusement fait passer pour un assureur et réassurer. Ses clients étaient des compagnies fictives. Les noms : Aviation Risk Manager -ARM- et Stratégie Transfer Solutions -STS-. Ne pas châtier Stavros passerait pour une complicité et négligence coupable. Et Agito est passé à l'acte. Elle a rayé BAI SPRL de la liste des courtiers et décidé d'ester en justice contre Papaioannou, son associé Emile Henry Braun et Hewa Bora. Agito poursuit le trio pour escroquerie, détournement des deniers publics, fuite permanente de capitaux et évasion fiscale. D'ores et déjà, l'ADG de la SONAS fait savoir que sa société décline toute responsabilité à l'égard de quiconque continuerait à traiter en matière d'assurance avec la maison BAI …radiée ». Après Hewa Bora, les RDCongolais peuvent s'exclamer : « Adieu BAI SPRL », « Farewelle Stavros », le faux assureur. Véritable série noire pour Papaioannou qui risque de se voir définitivement anéanti pour emprisonnement par la justice.

                                                                                                                  AKM 

Publié dans Politique

Commenter cet article