La police fait obstruction à Etienne Tshisekedi !

Publié le par jpkasusula



La célèbre place Victoire, à cheval entre la commune de Kalamu et celle de Kasa-vubu, a connu des violences ayant perturbé la circulation et le commerce, hier mercredi 2 novembre dans l’avant-midi. A la base : les éléments de la police nationale ont empêché les cadres et militants de l’Udps ainsi que d’autres parti sans du candidat Etienne Tshisekedi d’afficher les panneaux de campagne de celui-ci, Irrités par le refus de la police qui viole la loi électorale et la Constitution, les « Tshisekedistes » ont refusé de se laisser intimider dans leurs droits.
Et un bras de fer s’est engagé entre eux et les policiers.
Pour les membres de l’Udps et sympathisant du candidat Tshisekedi, il n’était pas question de cautionner la violation de la loi en  laissant tout le terrain à un seul candidat, en l’occurrence celui du pouvoir. Car, tous les candidats doivent jouir du même traitement durant la campagne électorale, scandaient-ils en guise ce réaction, ils n’acceptaient pas non seulement l’intervention de la police en pleine campagne électorale aussi longtemps qu’il n’y avait pas eu perturbation de l’ordre public mais se demandaient également où était-elle positionnée pour qu’elle fasse irruption à la minute!
Comme d’habitude, des gaz lacrymogènes ont été largués dans tous les sens par des policiers pour ne pas leur permettre d’afficher le panneau de Tshisekedi. Ce qui a provoqué la débandade de la population, occasionnant ainsi le vol de biens d’autrui et articles à  vendre étalés par-ci par-là. Le marché de vente des téléphones qui fonctionne en informel depuis quelque temps autour du rond point des artistes dit Victoire, a été particulièrement victime du désordre créé par la police.
C’est dans cette panique généralisée’ que les automobilistes fuyaient dans tous les sens la place Victoire, au risque de provoquer des accidents sur leur parcours.
Des jeeps de la police ont pris position aux quatre coins de La place Victoire.

Sentiments de révolte
Face à ce comportement de la police, plusieurs personnes oeuvrant sur Victoire tout comme celles qui y étaient de passage ce mercredi 2 novembre, ont exprimé des sentiments de révolte pour ce qui s’est passé. Certains n’ont pas hésité à condamner l’attitude antidémocratique des éléments de la police qui se sont livrés à cette sale besogne, en donnant l’impression de vouloir imposer un candidat unique aux Congolais plutôt que de leur laisser la liberté de choisir les dirigeants de leur choix.
Pire, le bourgmestre de Kalamu était descendu personnellement sur le terrain non pour calmer le jeu en faisant appliquer la loi, mais plutôt pour soutenir l’action des policiers tendant à empêcher l’affichage des panneaux d’Etienne Tshisekedi, candidat commun de l‘Opposition.
Ce que les gens ne parvenaient pas à comprendre dans ce dossier c’est le fait de voir que pendant que la police refusait aux membres de l’Udps et ceux qui soutiennent la candidature d’Etienne Tshisekedi d’afficher ses panneau), ceux du candidat Kabila s’affairaient à quelques mètres de là, et partout à travers la ville. Sans compter ceux relatifs aux réalisations des cinq chantiers, également de campagne, qui occupent les deux faces de la tribune où montent les policiers de roulage pour réguler la circulation!
Nous avons appris que le même refus a été imposé aux partisans de Tshisekedi au niveau du rond point des Affaires étrangères.
Il y a moyen de s’inquiéter de l’issue du processus électorat qu visiblement est menacé. Alors que tout le monde, y compris le pouvoir en place dont la quasi-totalité des membres est constituée des candidats, crie aux élections libres, démocratiques et apaisées!
Il est temps que la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), l’unique pouvoir organisateur légal des élections, prenne ses responsabilités en mains pour imposer son autorité à tous les candidats.

Publié dans Politique

Commenter cet article