L'UDPS : nouveau rassemblement lundi à la place « Tarhir » de Kinshasa

Publié le par jpkasusula



Les combattants de l'UDPS se donnent rendez-vous ce lundi 25 juillet devant le siège de la CENI -désormais lieu symbolique des revendications électorales- à l'instar de la place Tarhir au Caire en Egypte. Les réponses du pasteur-président de la CENI, Daniel Ngoyi Mulunda n'ayant pas rencontrées les attentes de l'UDPS, les combattants ont pris l'option de maintenir la pression. Et c'est jusqu'à ce que la CENI donne une suite favorable aux revendications de l'UDPS. Qui a réaffirmé sa volonté de participer aux élections de novembre prochain. Mais, l'UDPS veut que ces élections soient libres, démocratiques et transparentes. Voilà le sens de leur démarche auprès de la CENI.

Lors du point de presse du secrétaire général, Jacquemain Shabani Lukoo, l'UDPS a réitéré fondamentalement ses exigences contenues dans son mémorandum déposé à la CENI le 4 juillet dernier. L'UDPS exige la publication du fichier électoral dans l'immédiat sur le site web de la CENI ainsi que dans la presse écrite à large diffusion. Ensuite, l'UDPS tient à l'accès de ses experts aux centres national et provincial de traitement, au serveur central, au code source des programmes de traitement des résultats d'enrôlement et de vote. Selon, Jacquemain Shabani, aucune loi n'interdit aux experts de deux camps politiques en compétition dont l'UDPS de procéder à l'audit scientifique et technique des opérations d'enrôlement des électeurs et de vote. Shabani a fait savoir à l'occasion de son point de presse que l'UDPS, son parti n'a jamais demandé que tout le commun des mortels (tout le monde selon la CENI) accède à ces points stratégiques. Il suffit selon le secrétaire général de l'UDPS, d'une volonté politique de transparence de la part de la famille politique à laquelle appartient la majorité des membres de la CENI dont son président pour que cette exigence de l'UDPS soit rencontrée.

Entre temps, l'UDPS exige la prolongation de la période d'enrôlement, spécialement pour Kinshasa et toutes les provinces où il est fait état de mise à l'écart intentionnel des groupements entiers. Pour l'UDPS, la CENI en tant qu'organisateur des élections, doit exiger du ministère de l'intérieur la fermeture des frontières au moins une semaine avant le jour du scrutin. Par ailleurs, l'UDPS tient à la mise en place effective du cadre de concertation pour un Acte juridique. Et à cela, il ajouter la publication dans l'immédiat de la cartographie des centres d'inscription pour empêcher l'entretien des centres fictifs. Au cours de ce même point de presse, les combattante de l'UDPS ont exigé sans autre forme de procès, la libération immédiate et sans condition d'Etienne Ilunga, Sylvain Ekutsu, Apollinaire Kabwe, Claude Kabala, Dieudonné Lesambo, Kabanga Mukendi, tous en détention à la prison Makala. Ensuite, l'UDPS exige la libération de Fiston Makitiya incarcéré dans les locaux de l'ANR (service national des renseignements) et de Claude Mulumba en détention à l'hôpital général de référence de Kinshasa. Et l'UDPS d'interpeller : «au regard des sorties médiatiques intempestives du porte-parole du gouvernement et du président de la CENI dont la complicité n'est plus à démontrer, l'UDPS, en tant que portion non négligeable et même majoritaire du peuple souverain, enjoint les détenteurs actuels du pouvoir dont la CENI est un appendice de cesser avec l'intoxication, la désinformation et les montages macabres pour dénaturer comme à l'accoutumée ses actions pacifiques, non violentes et citoyennes. Les cas de Chebeya, Tungulu et récemment Serge Lukusa en sont des preuves éloquentes».

                                                                                                        John TSHINGOMBE

Publié dans Politique

Commenter cet article