L’aviation civile dément avoir reçu une demande d’autorisation d’atterrissage de l’avion d’Etienne Tshisekedi

Publié le par jpkasusula

Envoyer par e-mail | Mots clés: Aviation civile congolaise, Etienne Tshisekedi, UDPS

 – Aéroport de Ndjili – Aéroport de Ndjili
– Aéroport de Ndjili

«L’Autorité de l’aviation civile congolaise n’a reçu aucune demande d’autorisation d’atterrissage ou de décollage d’une compagnie d’aviation qui travaillerait pour l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) », a déclaré, jeudi 3 novembre à Kinshasa, le directeur de l’autorité de l’aviation civile congolaise Richard Nyangwile. La veille, le secrétaire général de l’UDPS, Jacquemin Shabani, avait accusé l’autorité de l’aviation civile de bloquer l’atterrissage d’Etienne Tshisekedi à Kisangani (Province Orientale) en refusant d’accorder l’autorisation à une compagnie aérienne sud-africaine.

Richard Nyangwile a déclaré que l’administration de l’aviation civile n’a aucune considération politique dans le traitement des dossiers qui lui parviennent.

«Lorsque la compagnie [partenaire de l’UDPS] dit que la demande traîne, a-t-elle de preuve que sa demande a été réceptionnée par l’autorité de l’aviation civile et que cette dernière a refusé ?», s’est-il interrogé avant d’ajouter:

«Je persiste qu’il n’y a eu de demande ni de survol, ni d’importation ni d’atterrissage présentée par l’UDPS.»    

Radio Okapi a joint, jeudi dans la soirée, le secrétaire général de l’UDPS pour s’enquérir de documents que détient ce parti prouvant qu’une demande d’autorisation de survol du ciel aérien congolais a été déposé à l’aviation civile. Jacquemin Shabani a répondu :

«Nous sommes en contact avec la compagnie d’aviation avec qui nous avons signé ce contrat. C’est elle qui est en contact avec l’autorité de l’aviation civile et pas l’UDPS ou Etienne Tshisekedi. Nous attendons le feed-back de la société. Je crois que d’ici avant la fin du week-end, le président Tshisekedi pourra être au pays par la ville de Kisangani dansla Province Orientale.»

Il a estimé que les déclarations des responsables de l’aviation civile sont une réponse positive à l’ultimatum que l’UDPS leur avait lancé mercredi.  Au cours d’une conférence de presse à Kinshasa, Jacquemain Shabani avait déclaré que les militants de l’UDPS « prendraient leurs responsabilités » si l’aviation civile congolaise n’accorde pas les autorisations nécessaires pour que l’avion de Tshisekedi atterrisse à Kisangani.

Par ailleurs, l’UDPS conditionne la signature du code de bonne conduite pour des élections pacifiques au déblocage de ce dossier et à la libération des militants de ce parti interpellés lors de récentes manifestations publiques à Kinshasa.

Publié dans Politique

Commenter cet article