Elections apaisées : mauvais départ

Publié le par jpkasusula

La mise à jour du code de bonne conduite des partis politiques est intervenu en l'absence d'une frange de l'opposition qui a boycotté la rencontre de concertation de la CENI.

Le “Code de bonne conduite” des partis politiques a été mis à jour par les représentants de ces structures politiques au cours d'une rencontre de concertation organisée par la CENI (Commission électorale nationale indépendante), hier lundi 25 juillet 2011, en la salle de spectacles du Palais du Peuple.

C'est le président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, qui a ouvert les travaux pour les clôturer dans la soirée. Il a eu du mal à contenir dans la salle les ambitions de certains opérateurs politiques, particulièrement ceux appartenant à une frange de l'opposition qui ont vidé la salle juste après l'ouverture de la concertation. Les autres membres du bureau de la CENI ont été présents à la rencontre. Ces acteurs politiques ont exigé des préalables au président de l'institution chargée de l'organisation des élections avant de se pencher sur la mise à jour du Code bonne conduite.

Et pourtant, pour le président pasteur Daniel Ngoy Mulunda, les cadres de concertation constituent un lieu privilégié de dialogue franc entre acteurs politiques et le pouvoir organisateur des élections. Mais seulement, les acteurs politiques de cette frange de l'opposition ont quitté la rencontre en présence de certains diplomates étrangers accrédités en RD Congo, des représentants de la communauté internationale partenaires du pays dans l'organisation des élections, notamment la division électorale de la MONUSCO, le Projet/Pace et l'Union européenne.

Les autres organisations internationales qui ont pris part à la concertation sont l'IFES, l'EISA, la SADC, l'OIF, la CEEAC, la NDI et autres USAID, sans oublier les organisations de la société civile et les confessions religieuses. Les travaux de mise à jour du Code de bonne conduite des partis politiques sont intervenus quelques jours après la clôture des opérations de révision du fichier électoral.

Surtout que tout le monde reste unanime sur la tenue des élections transparentes dans un climat apaisé.

Le Code de bonne conduite des partis politiques, mis à jour, a été conçu par la défunte CEI (Commission électorale indépendante) avec l'appui de l'EISA. Selon le président de la CENI, ce code a montré ses limites et a nécessité ainsi sa mise à jour. C'est l'exercice auquel se sont livrés les participants aux travaux qui sont les acteurs politiques, les experts nationaux et internationaux ainsi que certains membres des organisations de la société civile et des confessions religieuses.

Les comités de médiation des conflits doivent être mis en place dans les différentes provinces à l'initiative toujours de la CENI. Cela avec l'appui de l'EISA qui accompagne cette institution dans l'actualisation du fameux code. Aussi, le président de la CENI a soutenu que ce sont les structures non institutionnelles qui constituent une alternative aux juridictions judiciaires compétentes pour traiter le contentieux électoral.

Le Sous Secrétaire d'Etat des USA parle du succès du processus de l'enrôlement

Le sous Secrétaire d'Etat des Etats-Unis d'Amérique chargé des Affaires africaines, Johnnie Carson, a pris bonne note de l'achèvement couronné de succès du processus de révision de la liste électorale menant aux élections présidentielle et législatives congolaises. Il a adressé, à cet effet, ses compliments au président de la CENI et aux membres du bureau, tout en félicitant le peuple congolais pour sa participation pacifique à cette première étape du processus dans son ensemble.

Une formation importante

Les préparatifs de la 2ème étape du processus électoral concernant la réception et le traitement des candidatures aux élections présidentielle et législative vont bon train, a dit le pasteur président Ngoy Mulunda. C'était l'ouverture d'une autre rencontre, tenue le même jour u Grand hôtel Kinshasa, pour lancer justement ce séminaire de “Formation des formateurs des membres des centres de réception et de traitement des candidatures”

Le président de la CENI a rappelé le succès de l'opération de révision du fichier électoral dont le nombre a atteint, pour l'ensemble du pays, 32246.040 personnes enrôlées, soit 103% de taux d'enrôlement, dépassant ainsi largement les prévisions de cette institution. Ce résultat témoigne la volonté du peuple congolais d'aller aux élections qui pointent déjà à l'horizon, a précisé le numéro un de la CENI.

Ces formateurs sont les juristes qui vont être déployés le 27 juillet dans l'ensemble du pays pour préparer les agents commis à cette tâche à s'y atteler sans faille. Le pasteur président Ngoy Mulunda a profité de cette occasion pour demander aux partis politiques de se préparer déjà pour le dépôt de leurs candidatures.

                                                                                                      LUCIEN K.T.

Publié dans Politique

Commenter cet article