Election présidentielle 2011 : «Joseph Kabila» ou «Monsieur promesse»

Publié le par jpkasusula

 

\"Joseph Kabila\" lors de la campagne électorale de 2006

Dimanche 30 octobre, le président sortant «Joseph Kabila» est arrivé à Kindu, province du Maniema, première étape de sa campagne électorale. L’homme s’est rendu par la suite à Kasongo. Comme à son habitude, il s’est répandu en promesses au point de \"re-promettre\" ce qu’il avait déjà annoncé lors de la présidentielle de 2006. A savoir : la construction de l’université de Kindu. Le président-candidat est par contre resté muet sur son bilan. Pas un mot sur les réalisations accomplies dans la Région d’origine de sa \"mère\", Sifa Mahanya.

Disposant à sa guise des moyens de l’Etat, le président sortant «Joseph Kabila», candidat à sa propre succession, n’a pas de problèmes de mobilité. L’Etat, c’est lui. Contrairement aux autres prétendants à l’élection présidentielle, il peut, lui, disposer d’un aéronef quand il veut. A preuve, pendant que certains candidats se lamentent de ne pouvoir obtenir de places dans les vols «domestiques», le locataire du Palais de la nation a une longueur d’avance. L’avion transportant celui-ci et sa suite a atterri dimanche à l’aéroport de Kindu.

Des milliers de «kabilistes» étaient venus ovationné le président-candidat qui a rejoint le centre-ville à pied. Plusieurs militants du parti présidentiel (PPRD) arboraient des tee-shirts sur lesquels on pouvait lire le slogan «Raïs Kabila 100% au Maniema». Là où le blesse est que personne ne s’est donné la peine d’expliquer à la majorité silencieuse du Maniema la raison qui milite en faveur de la «reconduction» du président sortant. Un président sortant qui s’est d’ailleurs limité à demander aux citoyens de voter pour lui sans commencer par faire un inventaire des réalisations déjà accomplies dans le sens de l’amélioration des conditions sociales de la population durant ses dix années passées à la tête de l’Etat.

Dans son harangue «Joseph Kabila» s’est livré à son «dada» consistant à lancer des promesses. A tort et à travers. La construction d’un stade moderne, d’un bâtiment pour abriter la faculté de médecine de l’Université de Kindu et d’une centrale hydroélectrique font partie des «engagements» annoncés. Lors de la présidentielle de 2006, le successeur de Mzee avait promis l’érection d’un bâtiment moderne destiné à abriter toutes les facultés de l’Université de Kindu. En 2008, les étudiants de plusieurs «facultés» étaient encore rassemblés dans un hangar situé au centre-ville. Rien de fondamental n’a changé.

Faute d’être à l’écoute des véritables attentes de la population, «Joseph Kabila» considère la construction d’un stade à Kindu comme une priorité pendant que les \"Maniemiens\" peinent à avoir accès aux services sociaux de base : eau courante, électricité, santé, transport aérien et ferroviaire. A Kindu, il n’est pas rare de voir des «mamans» utiliser de l’huile de palme pour s’éclairer avec des lampe-tempêtes. Ville de 300.000 habitants, le chef-lieu du Maniema n’est plus approvisionné que par la voie aérienne et fluviale. Et pourtant, les rails rappèlent que le chemin de fer passait dans cette Région.

A propos de la santé, selon la radio Okapi, le président de l’Assemblée provinciale du Maniema s’est blessé «accidentellement» à l’abdomen, mardi 1er novembre, avec son propre revolver. L’homme accompagnait le président sortant à Kasongo. Non équipés pour ce genre de cas, les médecins locaux ont décidé de transférer le malheureux président de l’Assemblée provinciale à Goma. La preuve est ainsi faite que le «volet Santé» des fameux «Cinq chantiers du chef de l’Etat» n’a pas connu le moindre début d’exécution dans cette province enclavée. Encore moins ailleurs. «Joseph Kabila» mérite bien le surnom peu glorieux de «Monsieur promesse». Les électeurs sont prévenus...

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2011

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article