Crash de l’avion Hewa de Bora à Kisangani - Le gouvernement de la RDC accusé

Publié le par jpkasusula



La VSV et l’Asadho rendent l’Exécutif national congolais responsable de cette catastrophe meurtrier et l’invite à mettre sur pied une commission d’enquête avec la participation de la société civile pour faire toute la lumière sur cet accident au chef lieu de la Province Orientale. La Voix des sans Voix pour les droits de l’homme (VSV), une organisation de défense des droits de l’homme a, dans un communiqué publié hier mardi 12 juillet 2011, rend le gouvernement congolais responsable du crash de l’avion de Hewa Bora survenu le vendredi 8 juillet dernier à quelques mètres de la piste d’atterrissage de l’aéroport International de Bangboka, à Kisangani avec à son bord 112 passagers.
La Vsv salue les efforts du gouvernement de la RDC et de la Présidence de la République, pour l’organisation des obsèques de certaines victimes aux frais du Trésor public et l’évacuation à Kinshasa de nombreux blessés pour leur prise en charge médicale adéquate. Sans oublier le deuil national observé au pays durant trois jours.
Cependant, l’Ongdh estime que l’intervention de ce institutions auraient être prises en amont pour assurer la sécurité des passagers à travers une bonne réglementation du trafic aérien en. RDC. L’Ongdh estime également que les accidents d’avion ne sont pas l’apanage de la seule RDC, mais c’est plutôt leur fréquence qui inquiète plus d’une personne désireuse d’emprunter les vols nationaux. Pour la Vsv, cet état de chose n’honore pas1e pays qui est déjà mal réputé, entre autres, pour la récurrence des cas de viol des femmes et filles, les assassinats des défenseurs des droits de l’homme.
Les images horribles, pénibles et tragiques des victimes innocentes de ce crash doivent interpeller, du moins cette fois ci, les autorités de la RDC appelées à tout mettre en oeuvre pour que ces accidents ne se reproduisent pas “, martèle la vsv. Cette ongdh se dit indignée d’apprendre qu’une grande compagnie comme Hewa Bora ne serait pas assurée par la Société Nationale d’Assurance (Sonas). D’aucuns se demandent pourquoi les autorités de la RDC, si elles ne sont pas complices de la banalisation de la dignité humaine laissent-elles les compagnies aériennes se comporter comme si l’Etat n’existait pas, souligne encore la VSV.
« Il est donc claire que le gouvernement, à travers son ministre des Transports et Voies de Communication, a failli en matière de réglementation de l’espace aérien de la RDC », a-t-elle conclu.
Pour la VSV, les institutions de la RDC en général et le gouvernement en particulier sont les premiers responsables de nombreuses pertes en vie humaine occasionnées par le crash du Boeing 727 de la compagnie Hewa Bora Airways pour n’avoir pas tiré les leçons des craches antérieurs.
De son coté, l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) est préoccupée par la série d’accidents fluviaux, ferroviaires et aériens qui tuent les passagers qui voyagent par bateaux, trains et avions au Congo Kinshasa.
Pour le dernier crash de l’avion de Hewa Bora survenu le vendredi 8 juillet 2011 à Kisangani, l’Asadho exige la mise en place d’une commission d’enquête sérieuse et indépendante incluant les représentants de la société civile pour faire la lumière sur cet accident meurtrier. L’Asadho invite le gouvernement de la RDC à tout mettre en oeuvre pour que les avions qui volent sur le territoire national remplissent les normes relatives à la sécurité des avions et des passagers.
L’Asadho exige à Hewa Bora Airways d’indemniser toutes les victimes de cet accident et d’assurer l’administration des soins médicaux appropriés aux rescapés.
Le gouvernement congolais a mis en place une commission d’enquête nationale pour établir les responsabilités.
Les boites noires de cet avion de la mort de Hewa Bora ont été découverte et remise au Procureur près la Cour d’Appel de Kisangani.
Ce dernier les transférera à Kinshasa pour une étude appropriée devant déterminer les vraies causes de cet accident meurtrier ayant causé la mort de plusieurs personnes et de nombreux blessés.
                                                                                   Godé KALONJI MUKENDI

Publié dans Politique

Commenter cet article