CAMPAGNE ELECTORALE - Feuilleton des avions : les précisions de l’Udps

Publié le par jpkasusula



Tshisekedi, candidat la présidentielle du 28 novembre 2011, a pris des proportions inattendues avec l’entrée en scène du Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile (AAC). Retranché derrière sa casquette de fonctionnaire lié au devoir de réserve face à la sollicitation de Radio France Internationale hier matin, le précité s’est subitement présenté devant les journalistes, dans l’après-midi du même jour, comme la source autorisée à éclairer la lanterne de tous.
Suite à là sortie médiatique du numéro un de l’Aviation Civile dans notre pays, l’entourage du leader de l’UDPS contacté par Le Phare s’est étonné d’entendre parler de la non saisine de cette structure par leur parti. Aussi a-t-il tenu à préciser que l’UDPS n’est pas une compagnie aérienne et n’a pas de compagnie aérienne pour solliciter une autorisation de survol du territoire congolais, d’atterrissage sur des aéroports congolais ou d’importation d’aéronefs.

C’est plutôt la firme « Aéronautic Solution », basée en Afrique du Sud, avec laquelle Etienne Tshisekedi a passé un contrat de location de trois de ses avions pour sa campagne électorale, qui est l’interlocutrice de l’AAC. Il est à cet effet normal qu’aucun dossier de l’UDPS ne puisse exister dans les fichiers techniques de cette institution de régulation du trafic aérien dans notre pays.
Mais, pour le cas qui soulève controverse au sein de l’opinion publique congolaise depuis quelques, jours, l’UDP a confirmé le dépôt en bonne et due forme auprès de l’Autorité de l’Aviation Civile, depuis près de deux semaines, du dossier contenant la demande d’atterrissage de «Aéronautic Solution» et autres formalités administratives exigibles en matière de transport aérien en République Démocratique du Congo.

Dimanche 05 novembre : coup d’envoi de la campagne de Tshisekedi
Au regard de la mauvaise foi manifeste qui entoure le dossier des avions loués par Etienne Tshisekedi, l’UDPS se dit déterminée à lancer, coûte que coûte, la campagne électorale du candidat commun de l’opposition ce dimanche 06 novembre 2006 à Kisangani. Ainsi, sauf imprévu, le Lider Maximo foule le sol du chef-lieu de la Province Orientale en pleine journée dominicale.
A Limete, cadres et militants de ce parti n’entendent pas se laisser intimider par les manoeuvres des partisans d’un adversaire politique bien connu, qui déploient des moyens illégaux pour empêcher leur parti et son leader de battre campagne. C’est du reste là le sens de l’ultimatum de 24 heures donné à l’Autorité de l’Aviation Civile pour, « libérer » le dossier des autorisations d’atterrissage introduites auprès d’elle par la société «Aéronautic Solution ».
Le staff de l’UDPS se déclare partisane d’une campagne électorale apaisée mais exige que cet apaisement le soit pour tous les candidats et leurs militants. Il se demande à l’occasion si les obstructions faites à l‘opération d’affichage des supports de propagande de Tshisekedi à Kinshasa et en provinces ainsi que le blocage volontaire, par le pouvoir parallèle, du dossier des avions de sa partenaire sud-africaine, sont compatibles avec l’idéal d’une campagne apaisée.
Celle-ci suppose, entre autres, que chaque candidat devrait jouir de la liberté d’aller dans tous les coins et recoins du pays pour, mobiliser l’électorat autour de son projet de société. L’UDPS espère qu’après le feuilleton des avions, ceux que la candidature de Tshisekedi dérange ne vont pas imaginer de nouvelles stratégies pour jeter de nouvelles peaux de bananes sur son chemin. Il est possible que le futur casus belli soit le ravitaillement en carburants.
                                                                                                                           Kimp

Publié dans Politique

Commenter cet article