Butembo : Triomphe d’Etienne Tshisekedi, Effigies de Joseph Kabila sabotées

Publié le par jpkasusula

16 novembre 2011 : Les bubolais ont accueilli le Président sortant Joseph Kabila et le Candidat du peuple Etienne Tshisekedi. Pour résumé l’événement, on peut dire que les bubolais ont démontré leur caractère psychologique secondaire. Ils ont écouté avec politesse tous les deux candidats. Mais après les deux discours, les choses ont tourné au vinaigre pour Joseph Kabila et ses partisans. Etienne Tshisekedi qui n’a pas fait longtemps à Butembo est parti sur une note de victoire.

KISEKEDIvoiture000

Joseph Kabila qui s’est fait chef du village en a eu pour son compte, de manière assez grave pour évaluer sa popularité. C’est cela les bubolais. Leur vraie réaction vient toujours plus tard. Deux jours après le passage de Joseph Kabila, les kabilistes ont peur de porter leurs insignes de campagne dans les rues de Butembo. Seuls les militaires, les autorités politiques et administratives se pavanent illégalement avec les insignes de campagne de Joseph Kabila. Comme plusieurs partis politiques de l’opposition battent campagne dans la ville de Butembo, et comme les casseurs d’effigies de Joseph Kabila ne portent pas d’insignes particuliers, il est difficile d’en attribuer la faute à un seul. La police locale et la garde présidentielle ont ainsi assisté impuissant à des scènes de vindicte populaire à l’encontre des partisans kabilistes qui étaient pourtant dans le cortège du Rais.

imagepiedkabila0

Si ce climat se maintient jusqu’au 28 novembre 2011, Butembo confirmera son passage dans le giron de l’opposition contrairement en 2006. Espérons que les militaires et les autorités politico-administratives qui contrairement à la loi électorale battent campagne pour le président sortant n’utiliseront pas leur force et position pour réprimer la libre expression des opposants bubolais.

kabilaimagebadcroix00  

L’intox qui circule sur le net qu’il y a eu rencontre entre Etienne Tshisekedi et Joseph Kabila à Butembo est un mensonge cousu du fil blanc. Etienne Tshisekedi est arrivé de Beni par route bien avant Joseph Kabila. Pendant que Joseph Kabila visitait le site de la centrale hydroélectrique d’Ivugha, le Jet d’Etienne Tshisekedi s’envolait pour Bukavu. 

Date : Mercredi 16 novembre 2011. Le choix du mercredi, jour de marché dans toutes les grandes agglomérations visitées (Lubero, Butembo, Beni) a profité aux deux candidats. Les paysans qui viennent de villages ont ainsi, sans être nécessairement pour l’un ou l’autre camp, été curieux de s’arrêter sur un des lieux du meeting, tout simplement parce que ce lieu se trouvait sur leur chemin vers le marché.   

A. Joseph Kabila Kabange à Beni-Lubero

 kanyabayongakabila00

Joseph Kabila voyageait en Hélicoptère Bleu. Avec son hélicoptère, Joseph Kabila avait l’avantage de se poser dans plusieurs petits patelins pour quelques minutes seulement. Il est arrivé à Butembo à 14h10. 

Incident protocolaire : Le protocole présidentiel, les commerçants pro-Kabila ainsi que ses partisans de Butembo attendaient le Rais à l’aéroport de Rughenda avec leurs bagnoles et calicots de 100% pour le Rais ! Mais l’Hélicoptère du Rais s’est posé au stade Tsaka Tsaka déroutant le service du protocole. A l’atterrissage, il n’y a pas eu de fanfare militaire pour accueillir le Rais. L’Hélicoptère du Rais qui n’était pas attendu au stade Tsaka Tsaka y a même emporté et soufflé le matériel de la sonorisation. La conséquence de cet atterrissage imprévu est que les discours du meeting des Kabilistes n’ont été audibles que par ceux qui étaient à 5 mètres du podium. Même les bubolais qui étaient à Tsaka Tsaka ont attendu le soir pour suivre sur leurs postes de radio le message de Joseph Kabila. Une scène un peu chaotique. Dans la précipitation, le bourgmestre de la commune Kimemi, Mr Bwambale Nyimi, est arrivé sur le lieu 5 minutes après l’atterrissage de l’hélicoptère. Il a ainsi joué le rôle de maire de ville pour accueillir le Rais en attendant l’arrivée de ceux étaient à Rughenda. Les voitures du protocole ont roulé à vive allure pour rejoindre Tsaka Tsaka au point qu’elles ont failli faire des accidents graves. Le Rais a ainsi démontré qu’il n’avait pas besoin de ce protocole pour atterrir dans un endroit imprévu. La fausse note de cet atterrissage sur un lieu imprévu est la destruction du système de sonorisation. Aussitôt après, une pluie s’est abattue sur la ville. Le Président n’a pas résisté sur le podium construit pour la circonstance. Il s’est aussi refugié comme les communs des mortels sous la vieille tribune qui date de l’époque de Mobutu. Le symbole était magnifique. Pour les anti-Kabilistes, le ciel n’a pas voulu que la messe de Joseph Kabila dure longtemps au cœur de Butembo…

A Butembo, le Président sortant a parlé pendant deux à trois minutes. 

A Lubero comme à Butembo, Joseph Kabila a demandé qu’on lui donne la chance d’achever son programme de 5 chantiers. Le point le plus important de son discours est la réfutation de la rumeur répandue à Beni-Lubero selon laquelle une ultime attaque par les rwandais et les ougandais se préparerait au Kivu-Ituri. Joseph Kabila a dit qu’il n’y aura pas de guerre au Kivu avant, pendant, et après les élections. Cela est un signe qu’il est au courant de l’inquiétude des beniluberois qui assistent impuissants à l’afflux des militaires rwandais, de leurs épouses et enfants dans la région. 

Le cas de la cité de Lubero où plusieurs écoles primaires se lamentent de l’occupation de leurs salles de classe par les militaires et leurs dépendants, est le plus frappant. A 13h30, quand sonne la fin des cours, les femmes des militaires occupent les salles des classes comme maisons d’habitation. Comme nourriture, elles vont dans les champs d’autrui pour récolter où elles n’ont pas semé. La volaille qui vagabonde dans la cour passe à la casserole des militaires au point que les habitants de Lubero ont appris à construire des poulaillers…. Cela n’est qu’un exemple parmi des milliers, de la triste réalité du terrain que Joseph Kabila et ses thuriféraires ont choisi d’ignorer dans leurs discours de campagne. On comprend ainsi pourquoi les habitants de Lubero qui vivent la peur au ventre cette proximité malsaine avec des militaires rwandais, n’ont applaudi ni le Rais Joseph Kabila ni le Gouverneur Kahongya. Plusieurs d’entre eux semblent être venus au stade pour voir Joseph Kabila par simple curiosité. 

Dans son discours au state de Lubero Joseph Kabila, a démontré qu’il avait vu les visages renfrognés des habitants de Lubero qui étaient venus l’accueillir. Se faisant l’avocat des militaires rwandais qui mettent les habitants du coin mal à l’aise, Joseph Kabila a dit ce qui suit en Kiswahili : «Mbona muna huruma ! Hawa waaskari munawaona hapa , ni kwa ajili ya securité yenu...mubakie muzuri.. » (Pourquoi êtes-vous tristes ? Les militaires que vous voyez ici sont là pour votre securité… Au revoir). 

La foule est restée de marbre certainement parce qu’elle ne peut comprendre que des militaires envoyés pour sa securité occupent les écoles primaires, volent les récoltes dans les champs et les animaux de la basse-cour. Seuls la Première Dame Olive Lembe, le Gouverneur Julien Paluku, l’AT du territoire, et les militaires ont applaudi le Rais au stade de Lubero. S’il n’y a pas bourrage d’urnes et si les étrangers et militaires ne votent pas à la place des congolais, Joseph Kabila peut ne pas se faire réélire par les beniluberois qui se disent totalement déçus de son bilan catastrophique. 

L’approche de Joseph Kabila est différente de celle d’Etienne Tshisekedi. A Beni-Lubero, Etienne Tshisekedi s’est révélé être le candidat du Peuple. Joseph Kabila par contre est apparu comme le candidat de la bourgeoisie locale. Il en a l’argent. C’est ainsi qu’il s’appuie sur certains gros commerçants locaux et certaines églises déjà bien connus. L’évêque Sikuli n’a été aperçu ni chez Joseph Kabila ni chez Etienne Tshisekedi pour sauvegarder la neutralité de l’Eglise Catholique de Butembo-Beni. Les bubolais ont salué cette neutralité de Mgr Sikuli. Ils n’avaient été contents de le voir au meeting de Joseph Kabila quand ce dernier au lieu de leur dire « pole » les avait injuriés en disant qu’ils s’entretuaient eux-mêmes… [NLDR : La neutralité des évêques et des prêtres est une consigne de la conférence épiscopale nationale du Congo. Pour certains observateurs, il aurait fallu que les prélats catholiques aident leurs fidèles à distinguer le bon grain de l’ivraie. En faisant ainsi ils seraient plus proches de l’Evangile qui veut qu’ils protègent les brebis du Seigneur contre les loups et les lions qui rugissent tout autour de la bergerie] 

Les commerçants qui battent campagne pour Joseph Kabila sont ceux-là même qui sont soupçonnés d’avoir reçu l’argent de ….. pour acheter des terres, construire des maisons, des routes, et des ponts dans les contrées devant accueillir les rwandais. Ils ont reçu leur compte. Ils avaient fait de même avec Mobutu. Mais combien des beniluberois les consultent-ils pour savoir pour qui voter ? Très peu. Il faut aussi souligner que la FEC-Butembo aurait reçu quelques millions de $$ de Joseph Kabila pour le projet d’électrification de la ville de Butembo. Cinq ans après la promesse d’électricité, Joseph Kabila a finalement posé la première prière de la construction du barrage hydroélectrique d’Ivugha. 

Que dire de thuriféraires de Joseph Kabila ? On a les vu rivaliser d’éloquence pour vendre la candidature du Président sortant. L’amateurisme de ces thuriféraires a plutôt desservi Joseph Kabila. Au lieu de soigner son message et de répondre aux préoccupations des bubolais, ces thuriféraires ont répété comme leur maître les petits slogans de 5 chantiers sans évoquer l’insécurité, les assassinats de plusieurs beniluberois, l’afflux des rwandais dans la région, etc. Ils battent campagne comme si tout allait bien au Nord-Kivu. Par exemple, au stade Tsaka Tsaka de Butembo, le Gouverneur Julien Paluku n’avait rien d’autre à dire que de rappeler que Joseph Kabila était le deuxième Président après Mobutu à y atterrir par hélicoptère [NDLR pour que les bubolais voient pour la première fois un hélicoptère au sol] Il a été hué pour la bassesse de ces propos. Heureusement que la majorité de ceux qui l’écoutaient étaient les enfants de l’école primaire Tsaka Tsaka qui étaient forcés d’être là. Le code de bonne conduite selon lequel les candidats aux élections ne devraient pas interférer avec les institutions publiques n’a pas été respecté par Joseph Kabila à l’escale de Butembo. Les autorités administratives ne sont pas libres de leur choix politique, exactement comme du temps du parti unique, le MPR. Les plus courageux l’admettent sous couvert d’anonymat. 

Les candidats à la députation nationale de la Majorité au Pouvoir sont les victimes du bilan catastrophique de Joseph Kabila. Au Sud de Lubero, la candidate Juliette Mughole Malambo a été chassée par une foule en furie d’un endroit où elle battait campagne pour elle-même et pour Joseph Kabila. Dans la ville de Butembo, plusieurs candidats de la Majorité au Pouvoir tels Hubert Syahetera et Jeannot Lukambo ont eu le courage de dire de voter pour eux sans donner de consigne de vote pour l’élection présidentielle. Les autres candidats de la majorité au pouvoir qui affichent publiquement leur lien avec Joseph Kabila sont en dégringolade dans les sondages. 

La guerre des effigies et des affiches de Joseph Kabila dans les rues de Butembo 

kabilaeffigiewar000

Les affiches et effigies du Rais que les députés de la majorité auraient reçu n’avaient jamais été distribués par peur d’être associer à Joseph Kabila. Hier, ces députés qui avaient le devoir moral d’accueillir le Rais ont tenté de distribuer képis, effigies, et T-shirts du Rais aux abords du Stade Tsaka Tsaka. Ils en ont eu pour leur compte. A plusieurs endroits, des bubolais ont arraché de force ces képis et T-shirts de ceux qui les portaient avant de les piétiner par colère.

imagemingi00

Les porteurs de ces insignes du Rais n’ont eu leur salut que dans la fuite. Les autres s’en débarrassaient pour éviter la vindicte de la rue.

imagesale00 

Un moment donné, la police a été oblige d’intervenir car les porteurs des képis et T-shirts de Joseph Kabila étaient tabassés sérieusement. La peur d’être publiquement kabiliste est très perceptible dans la ville Butembo et plus encore au Sud de Lubero.

kepiskabila00

Pourtant les candidats Kabilistes sont les plus argentés ? On les voit remettre des sommes de 500 à 1000 US$ aux associations locales pour qu’elles fassent leur campagne. Malgré cela, personne, à part les ministres, les autorités administratives et les militaires, ne veut s’associer publiquement à Joseph Kabila.

 cortegekabilafronde00

Cortège de Joseph Kabila pendant que les porteurs d'insignes kabilistes subissent la vindicte populaire le long du parcours! 

Il y eu aussi des propos et chansons hostiles comme «PPRD WAIZI- Kabila Rwandais, Kabila Tutsi » entendus au Rond Point ITAV et entrée de l’Avenue des Ecoles, le lieu de la casse des affiches, au moment où le Rais revenait avec la Première Dame Olive Lembe de la Centrale Hydroélectrique d’IVUGHHA, à la tête d’un impressionnant cortège d’une centaine de véhicules. Le Rais était lui-même chauffeur, un métier qu’il apprit pendant sa jeunesse à Dar-es-Salaam et à Kigoma/Tanzanie.

 kabilabadimage00

La victime de cette hostilité à l’égard du Rais est Mr Muhindo, fils de feu SADRU du Quartier Vutsundo connu sous le sobriquet de KASTRO, qui a vu sa voiture caillasser par des pierres en provenance des inconnus amassés le long de l’Avenue des Ecoles où se déroulait la guerre des affiches. Les affiches, effigies, képis arrachés aux kabilistes étaient jetés sur le trottoir pour que les voitures du cortège du Rais les écrasent et les défigurent sous les cris « Hoo hoo hoo hoho hoho… ». 

Une maison de l’Avenue des Ecoles où il y a plusieurs affiches des partis politiques de la Majorité Présidentielle a été gardée toute la nuit par des policiers pour empêcher sa casse.

 colerekabila00

Le Rais a pris la direction de sa villa de Musienne où il passera la nuit, après avoir écrasé sans le savoir quelques unes de ses propres affiches. Les Nicodème de la ville qui ne voulaient se faire voire avec lui ouvertement auraient profité de l’obscurité pour présenter leurs civilités au Rais. 

Cet affront au Rais n’était pas passé inaperçu aux yeux du Lt Col Bwambale Kakolele et du commandant de la Police, Blaise DIMUNDU. Après le départ du Rais dans sa villa de Musienne, ces deux flics de la ville sont arrivés sur le lieu de la fronde avec un peloton des policiers bien armés pour disperser les frondeurs. Dieu merci, il n’y a pas eu des morts.    

L’Hélicoptère utilisé par le Rais et qui appartiendrait à un cacique du CNDP, a eu du mal a décollé de Tsaka Tsaka pour l’aéroport de Rughenda. Il n’est pas neuf même si ses couleurs sont encore vives. Il a fallu une longue intervention des techniciens pour qu’il prenne son envol pour l’aéroport de Rughenda. Pour certains bubolais, les sorciers Nande auraient tenté de l’immobiliser pour toujours à Butembo pour en faire un sacrifice aux nombreux beniluberois assassinés sous le régime de Joseph Kabila.

B. Etienne Tshisekedi wa Mulumba à Beni-Lubero

 tshivoiturebest000

A l’étape de Beni, le message Tshisekedi était sans ambages : je suis le candidat du peuple congolais. Voter utile. Ne votez pas pour les étrangers que vous ne connaissez pas. Aidez-moi à ramener dans leur pays d’origine deux candidats-président (sans les citer)… et restaurer un Etat de Droit, une scolarisation gratuite, l’emploi, le paiement des fonctionnaires, etc. Votez pour moi le 28 novembre prochain. Le 7 décembre je commencerai mon travail de Président de la République… Le Lider Maximo était très ovationné par le public pour son courage de demander aux benitiens de l’aider à renvoyer les étrangers chez eux.

 tshivictoire000

A l’étape de Butembo, le camp d’Etienne Tshisekedi a démontré sa non-violence. Au départ, Etienne Tshisekedi devait faire son meeting au Stade Tsaka Tsaka et Joseph Kabila au Rond Point VGH. Mais, un problème s’est posé au Rond Point VGH où il y a une effigie imposante de Vital Kamerhe avec un numéro 5 au point que certains candidats qui ont fait des meetings en ce lieu ont été déçus de la réponse de leurs partisans. Quand ils posent la question pour quel numéro allez-vous voter ? Les participants disent « Numéro 5 » car c’est ce qui est très visible en ce lieu. Le Lt Col Bwambale Kakolele avait voulu arracher l’effigie de Vital Kamerhe du Rond Point VGH sans succès, les militants de l’UNC s’étant opposés à une telle démarche. La veille de l’arrivée de Joseph Kabila les kabilistes ont choisi le stade Tsaka Tsaka pour le meeting du Rais. L’UDPS –Butembo a été obligé d’accueillir le Lider Maximo au Rond Point VGH. 

kisekedivgh00

Tshisekedi a fait le trajet Beni-Butembo (50 Km) par route. Il a eu l’occasion de saluer les gens des grandes agglomérations comme Mukulia, Mataba, Kabasha, Kalunguta, et Maboya. Son jet s’est posé à l’aéroport de Rughenda sans Tshisekedi qui était arrivé au Rond Point VGH à 13h40, heure de Butembo. La veille, les partisans de Joseph Kabila avaient placé une grande pancarte portant l’image de Joseph Kabila sur le monument historique du rond point VGH. En dépit de cela, le Lider Maximo s’est focalisé sur son message de sa victoire du 28 novembre prochain. 

tshimicrobest00 

Dans son discours en Lingala devant une foule immense, Etienne Tshisekedi a promis la gratuité de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire une fois qu’il sera Président de la République. Ensuite, il a dit : « NAKOKOMA NA MANIEMA MBOKA OYO BALOBAKA MUTU WANA ABOTAMA KUNA » (J’irai au Maniema où l’on dit que ce Monsieur là (Joseph Kabila) est né). Tshisekedi a aussi promis qu’il reviendrait à Butembo en 2012 comme Président de la République Démocratique du Congo. Cette assurance de victoire lui a valu des applaudissements de la part du public qui a tenu à l’accompagner à l’aéroport de RUGHENDA en chantant d’une seule voix en Lingala: « Tshisekedi AZALI CHAMPION, SOLO TOKO BANGA TE x2 ». Le Lider Maximo a démontré qu’il n’ est pas insensible à la musique en dansant du haut de sa voiture décapotable qui le conduisait à l’aéroport de Rughenda/Butembo.

tshimarchepolitia00

Reportage de Thierry L. KAMBALE (Butembo) Tembos Yotama (Butembo), Obède Bahati(Beni) et Albert Mukwemuvi (Lubero) 

©Beni-Lubero Online

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article