Balles et gaz lacrymogènes s’invitent au sit-in de l’Udps

Publié le par jpkasusula

Des balles ont sifflé hier, lundi 04 juillet 2011, sur le Boulevard du 30 Juin, devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (C.E.N.I.), dans la commune de la Gombe. D’aucuns pensent que cela relevait de l’intimidation envers la délégation de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S.) conduite par son Secrétaire général, Me Jacquemain Shabani Lukoo. Ce dernier était venu déposer un mémo  au Bureau de cette institution. Ce mémo dénonce les irrégularités constatées dans la révision du fichier électoral, sur l’ensemble du territoire national. Les dirigeants de cette formation politique de l’opposition qu’est l’Udps, l’ont toujours considérée comme la fille aînée de l’opposition et c’est à ce titre qu’ils affirment avoir l’obligation de ne jamais laisser notre jeune démocratie se fourvoyer et se dévoyer. Surtout en ce moment précis où les élections qui pointent à l’horizon ont pour vocation d’asseoir réellement la démocratie et l’Etat de droit en Rd Congo.

Tout a démarré aux environs de 10h00. Les premiers membres de l’Udps qui se sont présentés devant le Bureau de la Ceni ont trouvé tout le périmètre quadrillé par la Police nationale, spécialement par les éléments anti-émeute, vêtus de leurs boucliers et accessoires pour disperser la foule. Le passage devant le Bureau de la Ceni était même interdit à toute personne étrangère, jusqu’après le dépôt du mémo de l’Udps. Cette situation a fortement intrigué les membres de l’Udps qui n’arrivaient pas à comprendre que le Bureau de la Ceni ait recours à un tel déploiement de forces pour réceptionner un simple mémo sur la révision du fichier électoral. 

Au fur et à mesure que le nombre des adhérants de l’Udps, venus des diverses communes pour assister, de visu, au dépôt du mémo grossissait – ils se nomment eux-mêmes « combattants pour la non violence, l’Etat de droit et la démocratie » – la Police se montrait de plus en plus nerveuse. Devant l’obstruction pour s’approcher du Bâtiment abritant la Ceni, les ‘combattants’ ont entonné des slogans à l’honneur de leur parti, en essayant de progresser vers le siège de la Ceni. L’arrivée de plusieurs leaders de l’opposition démocratique résidant dans la capitale et du Secrétaire général de l’Udps, Me Jacquemain Shabani, vers 10h45, a galvanisé les manifestants mais la police est restée inflexible : personne ne pouvait s’approcher. 

Gaz lacrymogènes et tirs de balles

Craignant le débordement par sa gauche ou sa droite, la Police a essayé de casser le mouvement d’approche des masses par le lancement des gaz lacrymogènes. C’est en ce moment précis que des crépitements et sifflements  des balles ont été entendus suivis d’un assaut au sol, sur le Boulevard du 30 Juin. Tout ce qui bougeait était pris pour cibles à réprimer : membres de l’Udps, journalistes, photographes, cameramen, simples curieux. La débandade était totale. Les manifestants ont été violemment  battus à la matraque et repoussés, en amont, jusqu’au niveau du Collège Saint Joseph (ex-Collège Elykia), tandis qu’en aval, jusqu’au niveau du «Building de la Rigueur». C’est pendant cette charge que des journalistes, photographes, cameramen ont été confondus aux manifestants. Certains ont reçus des coups de matraques et ont vu leurs appareils endommagés. Une  bombe lacrymogène est même tombée à l’intérieur d’une voiture, qui s’est consumée sous l’œil impuissant des policiers.

La  charge terminée, les responsables de la Police ont finalement permis à la délégation de l’opposition conduite par son Secrétaire général de s’approcher pour être reçu par le vice-président de la Ceni, professeur Ndjoli. En réceptionnant le mémo, ce dernier a reproché à ses hôtes d’être venus en compagnie des cocktails Molotov. Ce que Me J. Shabani a réfuté en précisant que c’était plutôt sa délégation qui avait subi les assauts des agents de la Police. Abordé par Le Phare au sortir de cette audience, Me Shabani est resté précis dans ses réponses : il a noté l’agressivité de l’accueil leur réservé à l’arrivée par les policiers, mais a admis que l’entretien avec le Vice-Président de la Ceni était cordial et qu’il a bien réceptionné le mémo sur les anomalies constatées dans la révision du fichier électoral. Toutefois, l’Udps lui donne encore une semaine, au  bout de laquelle, s’il n’y a pas de suite, elle organisera un nouveau sit-in le lundi prochain.
Enfin, il convient de rappeler que le mémo déposer vise à protester contre des anomalies constatées dans la révision du fichier électoral, telles que l’enrôlement des mineurs, des agents de Fardc et de la Police ; la suppression de certains territoires et groupements dans  ce fichier, la sous-estimation de l’électorat de la ville de Kinshasa, etc. L’Udps exige des corrections pour que les élections à venir soient honnêtes, justes, transparentes et crédibles.

SAKAZ

Publié dans Politique

Commenter cet article