Affaire DSK: Les propos de Nafissatou DIALLO mal traduits :

Publié le par jpkasusula

Affaire DSK: cafouillis et Foulani

 

J’ai  été un peu surpris  par les commentaires que j’ai entendus sur les plateaux de télé français où l’on commence à évoquer d’éventuels dommages et intérêts versés à Strauss-Kahn par la plaignante. Restons calmes.

Je rappelle que le chaos qui règne dans les bureaux du District Attorney, siège des procureurs, tient avant tout à leur dilemme : ils ont maintenant une plaignante inutilisable comme témoin. Mais il faut aussi rappeler, car c’est la réalité, que pour eux, le dossier contient assez d’éléments objectifs pour conforter l’idée qu’il s’est passé quelque chose de louche, et de pas si consensuel que ça, dans la chambre 2806.

Hormis le cafouillage incompréhensible de Nafissatou Diallo sur ses faits et gestes immédiatement après le rapport sexuel – avéré – dans la chambre, les procureurs reconnaissent devant Thompson, son avocat, que sa description d’une supposée agression est restée la même dans son premier témoignage à la police, aux infirmiers spécialisés du Saint Luke Hospital qui l’ont examinée, au Grand Jury qui a procédé à l’inculpation et encore aux procureurs ensuite.

Quant à sa conversation avec son mari délinquant dans sa prison d’Arizona, seule une phrase en a été publiée: « Je sais ce que je fais, il a beaucoup d’argent ». Thompson a demandé aux procureurs eux-mêmes si sa description de l’agression, durant cet appel, différait de ses autres récits. Réponse: non. Elle raconte la même version à son mari.  Il existerait deux autres conversations avec ce dernier qui n’ont pas encore été traduites et visées par les procureurs, faute d’avoir pu trouver dans les temps un traducteur assermenté en Foulani.

Le New York Times évoque aussi des cafouillages de traduction simultanée lorsque les procureurs ont interrogé Diallo, qui parlait dans sa langue maternelle. Elle aurait arrêté elle même le traducteur, lors d’un interrogatoire, car il ne rapportait pas correctement ses propos.

Pourquoi le journal, organe central des fuites du District Attorney, sort-il ce détail maintenant? Que signifie-t-il? Qu’elle n’aurait pas tant cafouillé dans sa description des minutes suivant la supposée agression? Un revirement des procureurs, qui ont été les premiers à décrédibiliser Diallo? Une dernière tentative pour justifier leur suspicion envers DSK et chercher à obtenir une reconnaissance de culpabilité sur un des chefs d’inculpation? Pour sauver la face? Maintenir le doute sur DSK même en cas d’abandon des poursuites?  C’est à devenir fou…

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article